Réseaux informatiques &                    alimentations linéaires - Episode 2                            4/5

   

 

De nouveaux venus ont rejoint (du moins temporairement) ma collection de switchs audiophiles : le très attendu switch d'Uptone Audio, l'EtherRegen, ainsi qu'un appareil issu du monde informatique, et a priori sans grandes ambitions audiophiles, le Cisco Meraki MS-220.

 

Començons donc par le switch Uptone Audio qui a pris son temps pour sortir mais qui est finalement là et que je vais pouvoir comparer à mes deux points de référence que sont les AQVOX SE et Waversa SmartHub.

 

Les prétentions de l'EtherREGEN sont, selon son concepteur, complètement différentes de tout autre commutateur Ethernet de la planète. Au moins, on ne s'embête pas ici avec toute notion de fausse modestie, c'est cash et c'est américain...

 

EtherREGEN revendique à l'instar du Waversa SmartHub une conception à partir d'une page blanche. Il ne s'agit donc pas d'un simple switch d'une grand équipementier informatique qu'on aurait bricolé pour doper ses performances dans le domaine audio.

Le switch d'Uptone a été construit sur une carte de circuit imprimé à 6 couches. 

Le cœur de l'EtherREGEN est en fait ce qu'ils appellent un isolateur différentiel actif permettant de resynchroniser le signal, de bloquer tous les courants de fuite externes et de réduire le bruit de phase.

Ce fameux différentiel est en fait accessible en face arrière (ou côté "B") alors que la face avant propose 4 ports Ethernet plus conventionnels.

Du côté "A" d'EtherREGEN, 4 ports Ethernet en cuivre Gigabit sont donc disponibles ainsi qu'un port SFP optique.

L'autre extrémité (côté "B") de l'EtherREGEN offre un seul port Ethernet cuivre à 100 Mbps. C'est ce port qu'il convient de relier à l'ordinateur ou au lecteur réseau pour tirer tous les bénéfices de la technologie développée par Uptone Audio.

 

Ce sont les isolateurs différentiels utilisés conjointement avec les bascules différentielles du circuit de l'EtherRegen qui sont censés faire toute la différence avec les autres switchs du marché.

 

 

Le système d'horloge fonctionne à partir d'un synthétiseur d'horloge avancé, programmable et atténuant la gigue avec quatre sorties différentielles. Il est relié à un oscillateur Crystek CCHD-575 réputé dans sa gamme de prix pour présenter un  jitter très bas ainsi qu'un faible bruit de phase.

Les quatre ports Gigabit du côté "A" utilisents chacun 12 cœurs de transformateur  alors que la plupart des ports Ethernet ont 2 à 6 cœurs.

 

L'alimentation électrique de l'EtherREGEN met en oeuvre 12 points de régulation de tension à très faible impédance et faible bruit de Linear Technology (LT3045 et  LT3042).

L'EtherREGEN intègrerait également deux puces d'émetteur-récepteur Ethernet de nouvelle génération, et tout à fait inédite lors de la conception du switch Uptone.

Bref, pas mal de raffinements dans la conception de ce matériel, plus d'autres que j'ai omis de mentionner...

 

 

En ce qui concerne la signature sonore de l'EtherREGEN, elle est globalement assez comparable à celle du Waversa, avec un niveau de micro-détails légèrement en retrait ainsi qu'un moins bon étagement des plans. C'est du moins ce que j'ai constaté avec la meilleure alimentation externe que j'ai pu lui associer, qui n'est d'ailleurs pas la LPS 1.2 mais la SR4 de Paul Hynes.


Tout est un peu plus holographique avec le Waversa. Et il y a une ampleur, une dynamique naturelle difficile à égaler par les autres switchs, l’Uptone Audio n’échappant malheureusement pas à la règle...


Le switch AQVOX SE, également associé à l’alimentation SR4 de Paul Hynes, délivre quant à lui une balance tonale légèrement plus chaude, mais aussi plus plaisante et fluide que l’EtherRegen qui donne un résultat sonore un peu plus taillé à la serpe.


L’EtherRegen avec l’alimentation HDPLEX fait presque aussi bien qu’avec la Paul Hynes. J'ai trouvé que le choix de la tension en entrée s'est avéré finalement beaucoup plus discriminant que celui du choix de l’alimentation elle-même.

C’est d'ailleurs bien le premier switch que j’ai entre les mains qui propose une plage de tension en entrée assez large (entre 7 et 12 V). Néanmoins, plus la tension est élevée plus le switch Uptone Audio semble donner de clarté. En sélectionnant une tension inférieure sur la HDPLEX par exemple, on obtient une restitution beaucoup plus loudness, ancrée dans le grave.

Cela peut sans doute plaire, mais j’ai personnellement l’impression d’écouter quelque chose d’assez caricatural par rapport à l’AQVOX SE ou le Waversa SmartHub.
Géré en 12 V, l’Uptone reste moins subtil que l’AQVOX SE (et donc que le Waversa).

 

C’est assez nettement perceptible sur des sonates pour piano. L’instrument avec l’EtherRegen n’obtient pas toute la richesse harmonique des deux autres. Les attaques de notes paraissent plus brutales, moins naturelles que ce que proposent le coréen et l'allemand. Le légato est également bien plus marqué avec l’AQVOX SE qu’avec le switch Uptone.

 

 

 

 

 

 <  Page précédente                Page suivante >

 

 

A la une...

A suivre...

Lumin Amp

Grimm SQM

Vous avez installé un outil pour bloquer les publicités. Veuillez le désactiver pour que cette Web App puisse être correctement affichée et configurée.
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE