Lawrence Audio Harp (1 / 4)

      

 

Les « Harp » sont un modèle à part chez Lawrence Audio: elles embarquent les haut-parleurs de la série Bird et les lignes et ébénisterie de la série instruments.
Mariage de la carpe et du lapin ou association du meilleur des deux mondes ?
Nous allons nous attacher à percer le mystère de ses enceintes dont on a très peu parlé jusqu’à présent.


Comme leur nom l’indique, ces enceintes ont une forme évoquant celle d’une harpe. Elles commémorent ainsi le 25ème anniversaire de la marque et constituent donc à ce titre une série très spéciale...


Ce sont à ce titre de vrais objets d’art qui correspondent sans doute davantage aux choix esthétiques de l’Orient que de l’Occident. Mais passée cette considération plutôt caricaturale, la Harp est et reste un superbe objet, certes un peu ostentatoire voire complètement baroque, mais capable d’être placée dans un environnement moderne et contemporain.

Je trouve personnellement que la version plus discrète (celle en noyer et laque noire objet de ce banc d’essai) reste néanmoins assez imposante, et on comprendra tout de suite que ces enceintes nécessitent d’être placées dans une grande pièce.


J’aurais pour ma part fait le choix d’un bois clair, d’une teinte chêne par exemple, afin de s’approcher encore plus de l’instrument, et de prendre davantage la lumière, et cela sans ajouter forcément le plaquage métal sur les flancs de l'enceinte. Mais comme me le faisait remarquer un ami italien de passage chez moi, si elles ne correspondent pas aux standards esthétiques européens, elles n’en sont pas moins de magnifiques objets de décoration. Il faut juste que le reste de la maison ou de l’appartement qui les héberge soit du même niveau !


Cela étant dit, la finition de ces enceintes est hors norme, avec une attention portée aux détails assez inhabituelle, tels les motifs sculptés dans le trépied en bois supportant l’enceinte. Astucieuse idée d’ailleurs que ce trépied qui confère aux Harps une stabilité exemplaire, et qui permet de déplacer l’enceinte une fois celui-ci posé sur ses grosses contrepointes sans se briser le dos.

 

 

 

Comme à son habitude, Lawrence Liao a conçu une structure très rigide en MDF de 30 mm aux lignes tendues (c’est vraiment l’ADN des enceintes haute-fidélité fabriquées par Lawrence Audio).
Il y a en effet une dimension très graphique dans le travail de conception, et qui fait toute la spécificité de ces enceintes taïwanaises.


On retrouve les évents latéraux très discrets, autre caractéristique de la marque, ainsi que les hauts-parleurs utilisés par les enceintes de la gamme Bird.


La charge acoustique 3 voies bass reflex intègre ainsi deux tweeters (dont un positionné à l’arrière de l’enceinte), un haut-parleur de médium et trois boomers de grave.
C’est un montage alternatif à celui choisi pour les Dragons, porte étendard de la gamme. Le choix de Lawrence Liao a permis de conserver une ligne très élancée, plus en harmonie avec l’instrument de musique que l’enceinte est censée évoquer.


La section médium du haut-parleur céramique Cell de 5 pouces s’en trouve presque un peu esseulée, face à ces trois superbes boomers de 8,5 pouces d’origine Accuton en sandwich d’aluminium et ces deux tweeters, Accuton 1 pouce céramique pour l'arrière, et Jantzen diamant (1 pouce également) pour celui avant.

Le filtrage embarque des condensateurs haut de gamme MKP et des inducteurs et des résistances à couche d'oxyde de métal de qualité militaire.

Le médium opère sur une plage de fréquences assez basse (200 Hz - 1000 Hz), via un filtrage de 4ème ordre de - 24 dB par octave.

 

 

 

 

La sensibilité moyenne (89,5 dB) et la bande passante étendue (26 Hz - 40 kHz) n’en font pas une enceinte particulièrement facile à alimenter, non pas qu’elle constitue en soi une charge acoustique difficile, mais il faudra, comme c’est souvent le cas avec les gros modèles embarquant des HP Accuton, trouver l’amplification idéale pour faire chanter l’enceinte, ni trop courte en puissance, ni trop dimensionnée non plus.

Il faudra également les positionner très minutieusement dans la salle d’écoute, à l’instar de tous les modèles de chez Lawrence Audio que j’ai pu tester précédemment.

 

Contrairement aux Penguins, ou à l'instar des Dove que nous avons pu tester dernièrement, les Harps n'autorisent pas le bi-câblage avec un seul jeu de borniers Mundorf.

 

L'impédance nominale des Harps est donnée pour 4 Ohms. La puissance conseillée pour alimenter ces belles se situe entre 150 et 300 W. 

 

 

Lawrence Liao

 

 

 

Page suivante >

A la une...

A suivre...

Lumin Amp

Grimm SQM

Vous avez installé un outil pour bloquer les publicités. Veuillez le désactiver pour que cette Web App puisse être correctement affichée et configurée.
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE