Extraudio X250 (1 / 4)

      

 

 

L’intégré X250 d’Extraudio est en fait présenté come l’imbrication d’un module d’amplification de classe AD dans le préamplificateur maison « XP1 ».


Cet amplificateur intégré a été développé aux Pays Bas (d’où la superbe couleur orange du coffret) par une équipe d’ingénieurs spécialisés.
Extraudio est une petite entreprise basée à Amsterdam. Seule les travaux de conception et développement sont réalisés aux Pays-Bas, la fabrication et l'assemblage étant faits en Espagne.

Extraudio revendique un mode de fonctionnement original de ses amplificateurs en classe AD, qui serait en quelques sortes une hybridation entre classe A et classe D.
Difficile de croire néanmoins que, derrière un discours marketing un peu vague, on puisse effectivement trouver une nouvelle classe d’amplifications à part entière.
De ma compréhension, l’amplification de puissance Extraudio fonctionne en classe D (sur la base d’un module Hypex OEM NCore 252M) avec un buffer d’entrée polarisé en classe A. Pas plus compliqué que cela...

 

La gamme de produits disponibles au catalogue d’Extraudio se résume à cet intégré, le fameux préamplificateur XP1, et deux amplificateurs de puissance XP-A500 (500 W rms sous 4 Ohms) et XP-A1000 de conception totalement symétrique (1000 W rms sous 8 Ohms). Cette gamme est également déclinée dans une série « artisan premium » dont le coffret passe du orange vif à une très flatteuse apparence cuivrée, et dont les performances seraient sensiblement supérieures aux modèles de l’entrée de gamme.

 

 

 

Le montage réalisé par Extraudio est finalement assez atypique car on a davantage l'habitude de voir passer des réalisations moins abouties et luxueuses conçues à partir de modules de chez Hypex, commercialisées par ailleurs à des prix bien moins élevés.

Il y a bien sûr quelques exceptions qui confirment la règle, à l'instar de Theta Digital ou bien évidemment de Mola-Mola.

 

Néamoins, pour une réalisation issue d'un tout nouvel acteur sur le marché de la hi-fi, force est de constater que la qualité de fabrication est assez exceptionnelle.

 

Il s'agit moins d'une stratégie de rapport performance - prix que d'une volonté de concevoir un objet de très haute qualité. On peut d'ailleurs se demander pourquoi le constructeur a opté pour le module NC252M, qui est considéré chez Hypex comme un produit moins cher et exclusif que les modules stars NC1200 ou NC500...

 

Le chassis est en revanche d'une qualité rarement recontrée. Sur des petites séries, le capot ajouré avec des orifices reprenant la forme du logo de l'entreprise doit coûter une petite fortune. D'ailleurs, il n'y a pas que le capot qui impressionne mais l'ensemble du châssis est construit comme un tank, et les façades avant et arrière sont d'une épaisseur peu commune.

Les potards de sélection des sources et de contrôle du volume sont aussi particulièrement flatteurs, et très agréables à manipuler.

 

Que dire également de la télécommande, véritable petit bijou chromé, fonctionnant sur le principe d'une liaison radio et dont la batterie lithium est rechargeable directement à partir d'un port USB ?

 

 

La puissance sous 8 Ohms communiquée par le fabricant est de 200 W, contrairement à ce que pourrait faire penser le nom de l’appareil qui renvoie en fait à la puissance fournie sous 4 Ohms (soit 250 W), et à la dénomination du module Hypex NC252M.

 

Étonnamment, la puissance communiquée par Hypex sous 8 Ohms est moins élevée (150 W rms à 1 kHz), 200 W correspondant plutôt à la puissance crête annoncée par le fabricant de modules OEM. Compte tenu de la puissance affichée sous 4 Ohms, il semble en effet difficilement concevable de pouvoir obtenir 200 W sous 8...

 

La puissance annoncée sous 4 et 2 Ohms est en revanche conforme aux spécifications d’Hypex (soit respectivement 250 W rms et 180 W rms) et illustre bien la fragilité de ces modules d’amplification en classe D (dont l'alimentation reste minimaliste en comparaison des transformateurs surdimensionnés de certaines réalisations en pure classe A) vis-à-vis des charges à faible résistance...

 

 

 

Côté spécifications techniques, les chiffres paraissent également très ambitieux.


La bande passante est donnée pour s’étendre de 0,5 Hz à plus de 350 kHz à +0/-1 dB. Et l’atténuation aux extrêmes serait à peine de -0,2 dB... ce qui fait que la borne inférieure est plus basse également de 20 dB par rapport aux spécifications données pour le module Hypex.
Le rapport signal sur bruit serait de -112 dB.
Le taux de distorsion harmonique THD+N serait de 0,008% à 1W (8 Ohms, 1KHz), ce qui est remarquable compte tenu de l’étage à tubes... A pleine puissance sur la totalité des canaux (toujours à 8 Ohms, 1kHz) la THD monte à 1%.


En ce qui concerne la connectique disponible en façade arrière, les entrées ligne proposent 4 paires de RCA asymétriques et une symétrique XLR. L'Extraudio X250 offre également une entrée processeur AV XLR et RCA permettant d'attaquer en direct l'étage de puissance (avec des tensions d'entrée maximales de 20 V rms pour le symétrique et 10 V rms pour l'asymétrique), ce qui est plutôt pratique et finalement pas si commun sur ces montages classe D...

 

 

 

 

Page suivante >

A la une...

A suivre...

Lumin Amp

Grimm SQM

Vous avez installé un outil pour bloquer les publicités. Veuillez le désactiver pour que cette Web App puisse être correctement affichée et configurée.
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE