Découverte : MT Acoustic & Helixir

 

 

J'ai eu le plaisir d'être convié aux journées "écoutes privées" de Laurent Mano (Voir & Emouvoir) afin de découvrir les enceintes haute fidélité MT Acoustic,  équipées de cellules électroacoustiques de types MS-2 issues des travaux de monsieur Ernest Spiteri, et repris depuis 2016 par Thibault Morel, et afin de re-découvrir les électroniques Helixir. Du 100% français donc, jusqu'aux câbles d'enceintes de la marque Charlin...

 

 

Les enceintes MT Acoustic sont des baffles-plan basés sur un assemblage de haut-parleurs large bande. Chaque haut-parleur est soit-disant capable de travailler sur une plage de 27Hz – 20 kHz à +/- 3 dB, et est complètement fabriqué à la main.


La membrane en polystyrène est dotée d’une surface d’émission plate et le poids de l’ensemble mobile est ultra-léger (environ 3 grammes).
Le principe de répartition du champ magnétique est basé sur un alignement d'aimants en ferrite couplés à des lamelles métalliques, permettant ainsi une diffusion sur la totalité de la membrane.

 

 

 

Les deux enceintes proposées par le fabricant étaient présentées durant ces deux journées : la plus ambitieuse est celle de la gamme baptisée "émotion", et embarque 16 cellules de type MS-2 encastrées dans un plan incurvé et intégrées à un châssis de médium (recouvert d'un placage chêne vernis) de 125 cm de hauteur, 52 cm de largeur et 33 cm de profondeur, ouvert vers l'arrière afin de rendre possible le fonctionnement en dipôle. 


Pas de filtre répartiteur de fréquence puisque chaque cellule est de type large bande. Le réglage fin, de ce que j'ai pu comprendre, se fait majoritairement via l'agencement des cellule sur le baffle plan. Un filtre permettant d'augmenter l'impédance est néanmoins présent afin de booster le 0,3 Ohm nominal des cellules...

 

 

L'enceinte de la gamme "intime" est très légèrement plus petite (120 cm de hauteur, 45 cm de largeur et 32 cm de profondeur) et n'intègre que 8 cellules.

 

La grande différence réside dans un agencement très différent des cellules avec un line-array (ou ligne acoustique) de 3 cellules surplombant un deux diagonales croisée de 3 cellules en forme de X.

Cette seconde réalisation optimise aussi la dispersion avec un évent positionné au dessus du cadre plus deux latéraux. Contrairement à sa grande sœur, celle-ci émet sur un plan complètement horizontal. Le cadre revêt une laque noire du plus bel effet.

 

 

Côté électroniques, Christian Catauro était également présent avec son système complet : amplificateur de puissance HPLSD, préamplificateur DCSP, convertisseur HRDDAC et un nouveau transport numérique embarquant stockage interne et carte réseau.


Grosse capacité en courant donc pour cet attelage au look très extraverti, et énorme travail de filtrage numérique, cheval de bataille du concepteur, dont j'avoue partager les convictions à ce sujet.

 

J'espère pouvoir avoir l'occasion très bientôt de pouvoir auditionner les « petites » MT Acoustic chez moi avec des électroniques plus conventionnelles, comme j'espère également pouvoir tester un peu plus tard l'ensemble Helixir au complet, et ce sur des enceintes pas plus conventionnelles...

 

 

Bref, une écoute attentive et alternée entre les deux modèles MT Acoustic m'a permis de me faire une idée d'ensemble de ce système qui sort clairement des sentiers battus.

Gros saut dans l'inconnu en ce qui me concerne puisque je n'étais familier ni de l'acoustique des lieux (un peu plus mate en tout cas que celle de ma pièce dédiée), ni des enceintes et ni de la dernière itération du système Helixir.

 

C'est d'ailleurs toujours compliqué d'auditionner deux paires d'enceintes mises côte à côte, et sans doute mes impressions auraient été plus nettes si on avait pu les espacer davantage...

 

Néanmoins, il en ressort du très positif :

 

Le son délivré par ces enceintes n'est pas caractérisable ou proche du son d'autres types d'enceintes connues. Ce n'est pas à proprement parler un son de panneaux électrostatiques, ni le son d'enceintes isodynamiques, ni celui de système pavillonnaires, ni encore celui de systèmes large bandes conventionnels. Non, c'est encore autre chose.

 

C'est un système très transparent, avec une bande passante subjectivement étendue, tout en délivrant pleinement la promesse sur le papier d'une enceinte sans filtre répartiteur de fréquences et large bande.

 

Ce qui surprend surtout sur le petit modèle "intime" est cette capacité à retranscrire un espace tridimensionnel ultra-précis et très aéré.

Je pense en tout cas que le placement favorisait davantage les "intimes" que les "émotion", ces dernières offrant néanmoins une plus grande richesse dans les moyennes fréquences.

 

Contrairement à ce que j'aurais pu penser, pas de perturbations ou de rotations de phase particulièrement audibles entre les différentes cellules utilisées sur la globalité de la bande passante.

J'ai pu apprécié au contraire un résultat très cohérent et naturel.

 

 

 

L'amplification Helixir paraît vraiment bien née, avec une capacité à tenir les enceintes à des niveaux déraisonnables, et sans que cela devienne fatigant pour autant.

Les timbres des instruments acoustiques sont particulièrement bien mis en valeur.

 

Pourtant, et bien que le prix de cet ensemble ne soit pas à la portée de tous, bien loin de là, nous ne nous trouvons pas confrontés aux excès tarifaires du très haut de gamme de ces dernières années.

Je pense sincèrement que l'explication réside en partie dans le fait que Christian Catauro a travaillé sur un seul système, et rien d'autre. Ne se pose donc pas le problème de gérer différentes gammes et de devoir écarter une avancée technologique pour la simple cause qu'elle viendrait bouleverser une hiérarchie commerciale et la cohérence au sein d'un large catalogue de produits.


Non, Christian Catauro s'est attaché à développer un seul système et à y apporter tous les perfectionnements possibles. C'est ce qui fait, outre la pertinence des concepts techniques retenus, l'intérêt de ce système, et sans doute vis-à-vis duquel il sera compliqué de trouver des vrais challengers à budget équivalent.

 

Pour conclure, je saluerai une très intéressante écoute, puisque celle-ci était de haut niveau, mais surtout parce que cet ensemble, enceintes et électroniques, dans un environnement plus calme et moins perturbé par l'accumulation de visiteurs et d'enceintes, laisse entrevoir un énorme potentiel.

 

A suivre donc !

 

Tous mes remerciements à notre hôte, Laurent Mano, qui a sélectionné une fois de plus de très beaux produits.

 

 

Joël Chevassus - Janvier 2019 

 

A la une...

A suivre...

Lumin Amp

Topping D50S

Vermeer Audio Two

Mola Mola Tambaqui

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE