Demonstration chez Stenheim

Le  25 juin 2015

Saxon , Valais, Suisse

 

 

J’ai eu le plaisir d’être convié par Jean-Pascal Panchard, le CEO de Stenheim,

 à l’écoute des enceintes Stenheim Reference Statement à la suite de leur première mondiale  au High End 2015 de Munich .

Malgré des conditions d’exposition difficiles au rez de chaussée du High End, la performance du système a été saluée par diverses revues spécialisées et Audiophile Magazine.

Cette fois ci difficile de résister à la tentation. Le système Reference Statement est proposé à l’écoute dans un lieu particulier, l’Espace Consonnance, à Saxon, Valais, Suisse.

Ce lieu est doté de qualités spéciales, puisque en plus d’être à seulement quelques kilomètres de chez moi, il a été conçu par le célèbre ingénieur du son Jean-Claude Gaberel. Cet espace est dédié à des concerts, des enregistrements, et à l’usage privé de son propriétaire, Lionel Monnet,  pianiste professionnel. 

www.espaceconsonance.com

 

 

Une très belle salle, semi réverbérante d’une centaine de mètres carrés et de plus de 4 mètres de hauteur sous plafond intégralement traitée. Le silence extérieur et les épais murs de béton rendent l’atmosphère très propice à une écoute critique.

 

Finalement le système Stenheim Reference Statement trouve à se loger confortablement dans ce lieu. 

 

 

l'espace consonnance

Rappelons quelques chiffres : 1200kg, 4 tours, deux enceintes Reference et deux subwoofers amplifiés de 3600W qui les accompagnent. Une sensibilité de 96dB/2,83V/1m et une bande passante annoncée de 10 à 100kHz. C’est un système 5 voies si on considère le subwoofer comme une voie à part. L’enceinte  Reference est donc une 4 voies avec super tweeter à ruban, tweeter à dôme textile, et deux unités de medium d’environ 16 cm de diamètre, enfin 4 woofers de 32 cm se repartissent entre la face avant et arrière. Les trois premières voies sont logées dans un module séparé dont la face avant peut s’orienter dans le plan horizontal au moyen d’une télécommande selon la distance au point d’écoute.

 

Le système est complété par un filtre actif 3 voies pour distribuer le signal vers le subwoofer amplifié, et vers l’amplificateur stéréo chargé de l’enceinte Reference une voie pour la section grave et une voie pour le module medium aigu ( c'est le module de meme esthetique juste posé sur les amplis). Les amplis à la manœuvre étaient des CH Precision de 2x100W finalement très modestes en taille et en puissance comparativement à l’impression visuelle délivrée par les haut-parleurs. Le set Up retenu pour cette démonstration faisait donc usage de la configuration minimale requise pour ce système. Bien sur il est possible de faire une multiamplification plus complexe, comme cela avait été le cas à Munich avec des amplificateurs monophoniques plus puissants.

 

Des filtrages passifs sont intégrés dans les modules médium-aigu également. Un préampli, un streamer/DAC d’origine CH Precision et un Drive CD Nagra complètent le set up. 

 

 

les électroniques
le module medium aigu orientable et motorisé

Nous avons commencé par des enregistrements de Jean-Claude Gaberel, ingénieur du son Oscarisé qui était présent lors de l’événement, puis par des enregistrements de provenances variées soit sur CD soit depuis le NAS Synology caché derrière le système, la résolution la plus élevée était nativement 24/96 . Le Steinway Model D du propriétaire, capté dans ce même espace, un quintet à corde,  un autre piano enregistré à la Chaux de Fonds, un orgue allemand, un lieder de mozart, et un trio de jazz en église réinventant du classique pour les enregistrements de Jean-Claude Gaberel, une pièce symphonique, un master du Montreux jazz voix et guitare de Susan Vega« My name is Lucas » , et Brothers in Arms de Dire Straits, pour finir avec un live des Eagles, Hotel California et « Jean-Claude » de Marcus Miller. Soit plus d’une heure d’écoute.

 

A chaque morceau le système dévoile un peu plus de ses capacités.

La première est une vraie douceur pour un tel ensemble sans aucune agressivité ni fatigue auditive malgré des passages à plus de 75dB mesurés à ma place (deuxième rang au centre soit environ 3,5-4m des enceintes). Le système s’exprime très bien dans les pianissimi et dans les forte, la gradation macrodynamique est très bonne sans mettre les amplis à genou. Pour un piano à volume quasi réel les crêtes sont de l’ordre de 10 W sur les vu mètres et il faut toute la puissance continue des riffs de basse de Marcus Miller pour aller vers des régimes de 60-70W.

Mais c’est surtout dans la microdynamique qu’il faut aller chercher les capacités de cet ensemble. Les petites inflexions de voix sont très bien retranscrites et les attaques et fins de note sur le piano également. L’établissement des notes et très bien fait et le filtrage donne cette sensation d’avoir une seule source sonore dans le medium aigu. Cette cohérence temporelle je l’avais entendue sur les petites Alumine deux voies de Stenheim. La il y a trois voies dans le module central avec le super tweeter dont  l’intégration est très réussie, je trouve,  et qui donne ce supplément de piqué à l’image sonore et un contraste  rafraichissant.

La parenté dans le medium avec les petites Alumine et leur belle transparence fait plaisir. On apprécie ici la neutralité du coffret à mettre au bénéfice des parois en aluminium usinées en Valais également à Sion. Le trainage semble vraiment réduit à son minimum. Impossible de ne pas penser aux Goldmund Epilogue qui sont des cousines et qui partagent beaucoup avec les enceintes Stenheim, mais avec une balance tonale qui paraît un peu plus attrayante pour ces dernières.

Je me prends à rêver à des super Alumine avec une troisième voie  et deux mediums comme le module central des Reference. Qui a dit YG ?

La scène sonore est très stable avec des images de taille contenues qui dévoilent plutôt le parti pris du capteur de son qu’un caractère systématique de ces enceintes. Belle transparence. La scène s’étale bien en largeur quand il le faut, est relativement profonde mais aussi se déploie bien en avant des enceintes ce qui est plus rare.

Les passages bien chargés sont rendus sans désordre apparent et le subwoofer complémentaire fait preuve d’une bonne agilité sans atteindre au meilleur des panneaux cependant.

Autant le système fait preuve de tempérance et de rigueur sur le classique autant sur de la musique pop  il devient assez jubilatoire. Le live de Hotel California des Eagles a fait bouger des pieds dans la salle, c’est sur. Cette façon de proposer un son juste en avant des enceintes rapproche l’auditeur de la musique, c’est palpable, vivant et joyeux. Bravo.

 

La fluidité est constante et c’est une écoute très alerte et pétillante à laquelle j’ai pris beaucoup de plaisir.

 

les Reference Statement et leurs petites soeurs Alumine

Elles s’appellent Reference « Statement » comme déclaration de foi de la Marque Stenheim. Nous espérons voir apparaitre des modèles intermédiaires, plus accessibles et logeables.

 

Comme de coutume en Valais tout cela s’est fini autour d’un verre de l’amitié.

Merci pour l'invitation et cette belle soirée d’écoute.

 

La gamme alumine est en démonstration dans le show room de Stenheim à Vetroz en Valais et sur Lausanne (Quartier du Flon) et Genève ( Portier Hifi).

 

Pour plus d'information visitez:  http://www.stenheim.com

 

                                                                               Jean-Marc Villafranca 

A la une...

A suivre...

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE