Réseaux informatiques &                    alimentations linéaires (6/8)

   

Supra CAT 8

 

Difficile de convaincre des constructeurs de participer à ces essais comparatifs, dont pourtant tout le monde ressortirait gagnant, tant il paraît évident que ces accessoires ont finalement plus d'importance qu'on aurait pu penser. Néanmoins, l'idée d'apparaître comme moins intéressant par rapport à son principal concurrent effraie plus que l'idée d'apparaître dans un article vantant les mérites de ces équipements séduit...


J'ai aussi, en attendant de recevoir d'autres appareils, pu tester un certain nombre de câbles Ethernet à usage audiophile. Ils sont en général assez prisés des fans de dématérialisation mais ne m'avaient jusqu'à présent jamais vraiment convaincus.

Je me suis toujours dit que je n'avais sans doute pas eu les bons câbles entre les mains.

J'utilise ainsi en standard des câbles allemands Opal Meicord (CAT 6 non blindés) pour les liaisons NAS - Routeur - switch. J'utilise pour la liaison lecteur réseau - switch (réputée la plus sensible) un simple câble RJ CAT5e UTP (Unshielded Twisted Pair), croisé et sans blindage.


Tous les câbles blindés en CAT6, CAT7 et CAT8 que j'ai pu tester ne m'ont jamais impressionné. L'effet se résume pour moi à brider la HF, et à créer un masque dans le bas du spectre.

On y perd à mon avis le naturel et l'aération du câble basique qu'est le CAT5e UTP.

 

SOtM dCBL-CAT7

 


Dans le test comparatif que j'ai pu effectuer entre les switchs Waversa / Clones Audio et le lecteur réseau Audiomat Maestro 3 Référence, j'ai pu alterner les câbles Supra CAT8 (50 € environ les 1m), un câble DIY réalisé à partir de conducteurs Belden et d'impressionnantes fiches Telegartner avec blindage partiel comme préconisé par le patron d'UpTone Audio (pour un coût de réalisation de moins de 100 €), un très dispendieux câble SOtM DCBL CAT7 (presque 600 € pour 1,5 m), et un câble Triple C LAN 1.0 d'Acoustic Revive (un peu moins cher : 430 € les 1 m).


Tous ces câbles censés apporter une amélioration sensible (à l'exception du basique câble CAT5e) s'accordent en fait pour raboter les aigus. Si votre système est pollué par du bruit HF, voire est légèrement acide dans les aigus, l'intérêt est manifeste.

Mais dans le cas contraire, c'est bien simple : moins d'harmoniques, moins d'aération et sensation d'avoir davantage de matière dans le bas médium sans pour autant que le bas du spectre soit plus lisible...


Un seul câble de cette sélection ne m'a pas semblé trop amputer les aigus : le SOtM. Ils sont encore pourtant moins naturels et riches que ceux de mon câble CAT5e UTP, qui coûte 600 fois moins cher, et le bas du spectre du SOtM est légèrement moins articulé, voire plus simplificateur.

 

 

 

Acoustic Revive Triple C LAN 1.0

 

 

En ce qui concerne les autres, je dirais que le Supra apporte énormément d'embonpoint dans le bas médium, avec quelques effets de masque à la clé. C'est sans doute le plus mauvais de toute cette sélection.

 

L'Acoustic Revive est peut-être celui que je choisirais en second, après le CAT5e UTP : il apporte beaucoup de douceur et de texture dans le médium (mais ceci est sans doute un artefact causé par l'atténuation des hautes fréquences), et pas mal d'articulation. Certains pourraient le qualifier de "romantique". Je préfère en ce qui me concerne utiliser le qualificatif de "confortable", bref, le câble idéal pour calmer quelques aigus aigre-doux, sans trop perdre par ailleurs en résolution.

 

Le câble Belden DIY est un peu de la même veine que l'Acoustic Revive, mais je l'ai trouvé un peu plus éteint. 


On repasse à chaque fois sur le câble CAT5e UTP et tout redevient limpide : davantage d'articulation, de relief, des informations d'ambiance plus distinctes et une sensation de présence inégalée...


Alors, à quoi bon dépenser de telles sommes dans des câbles RJ si c'est pour faire moins bien que le tout venant ? Très sincèrement que ce soit avec le Cisco modifié de Clones Audio ou avec le Waversa, on se rend compte que tout ça est plutôt déraisonnable.

 

Difficile d'expliquer pourquoi un switch audiophile, alors qu'on a déjà soigné l'alimentation en amont, arrive à apporter un tel gain en termes de précision et d'image. L'abaissement du bruit de phase sur un tel appareil est-il à ce point un enjeu si important ? Y aurait-t-il des effets secondaires pouvant impacter le convertisseur du point de vue temporel et non seulement fréquentiel ? C'est normalement difficilement concevable compte tenu de la mémoire tampon du lecteur réseau, mais l'écoute va parfois (et je déteste ces moments où j'ai l'impression de ne rien comprendre) à l'encontre de nos attentes les plus rationnelles.


L'apport du switch n'a en tout cas strictement rien à voir avec celui de ces onéreux câbles RJ qui finalement dégradent la prestation générale plutôt qu'ils ne l'améliorent. 


Alors bien sûr, certains y trouveront quand même leur compte puisque ces câbles ont ostensiblement un impact sur le son. Mais mon avis sincère est que ceux-ci ne sont qu'un moyen de déformer le signal original et non d'aller vers ce que je considère être la voie de la haute fidélité...

 

 

 

 

 

 <  Page précédente                Page suivante >

 

 

A la une...

A suivre...

Lumin Amp

Topping D50S

Vermeer Audio Two

Mola Mola Tambaqui

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE