Réseaux informatiques &                    alimentations linéaires (5/8)

   

 

L'alimentation sPS-500 de SOtM représente un saut tarifaire puisque celle-ci est finalement vendue plus chère que la HDPLEX (c'est-à-dire 600 €) pour une seule sortie réglable sur plusieurs niveaux de tension :   7V, 9V, 12V ou 19V, pour une puissance limitée à 50W (contre 200W pour la HDPLEX).

 

Contrairement à ses concurrentes l'alimentation sPS-500 est une alimentation à découpage. L'ampérage maximum est de 5A de 7V à 12V et de 3,3A à 19V. Cela ne lui permettra donc pas d'alimenter de gros NAS ou PC mais convient très bien pour alimenter un switch, ou le lecteur réseau de la marque, le sMS-200 Ultra.

 

Le sPS-500 embarque néanmoins un circuit de régulation linéaire pour une partie et intègre un circuit de puissance spécial avec la technologie de réduction de bruit propriétaire du constructeur coréen. 

Le sPS-500 convertit ainsi le courant alternatif en courant continu, puis convertit ce courant continu dans la tension de sortie souhaitée. Cela signifie que le sPS-500 utilise des circuits de conversion de puissance à deux étages.

Les filtres anti-bruit de l'alimentation SOtM semble par ailleurs pouvoir absorber une partie du bruit généré par le périphérique connecté. gageons que cette synergie se concrétise essentiellement entre les appareils de la marque.

 

 

Le but étant de déterminer l'intérêt de tous ces accessoires pour améliorer les performances d'un système dématérialisé haut de gamme, nous avons donc utilisé essentiellement le sPS-500 avec les switchs GS-105 Netgear et le Cisco modifié par Clones Audio, et ce face à la HDPLEX.

 

A l'écoute, on ressent une baisse du bruit de fond. avec des micro-détails plus facilement perceptibles. Ce n'est pas un monde en comparaison de la HDPLEX et il faut bien être attentif pour distinguer les deux alimentations. Mais l'alimentation sPS-500 va quand même un peu plus loin en matière de filtrage du bruit, et ce bien évidemment avec le cordon DC standard livré avec l'alimentation.

 

Ayant sous la main également la UltraCap LPS-1.2 de Uptone Audio, nous avons pu faire une confrontation de la SOtM et de l'Uptone Audio.

 

 

 

Là où auparavant les tensions de sortie réglables par l'utilisateur du LPS-1 étaient de 3,3V, 5V et 7V, le nouveau UltraCap LPS-1.2 offre davantage de possibilités avec des tensions comprises entre 5V, 7V, 9V et 12V. Cela élargit forcément sa polyvalence. Le courant de sortie maximal garanti à toutes les tensions reste toujours assez faible avec 1,1 A annoncé.

 

Les régulateurs de tension de sortie, qui étaient auparavant des Texas Instruments TPS7A4700 (bruit de 4,2 µV / RMS), ont été remplacés par des Linear Technology LT3045 ( (0,8 µV / RMS, à l'instar de la HDPLEX 200W). une paire d'entre eux est montée en parallèle afin d'abaisser au maximum l'impédance de sortie (3mOhm mesurés de 10Hz à 100KHz).

 

Un interrupteur marche / arrêt a été également ajouté (il n'y en avait pas sur la précédente version).

Le circuit de charge a été complètement repensé autour du très coûteux micro-module de régulateur Linear Technology LTM4607. Cela a été fait à la fois pour tenir compte des tensions de charge internes plus élevées (18 V) requises pour offrir la sortie 12 V et pour améliorer la fiabilité et la robustesse du côté entrée de l'unité.

 

 

L'UltraCap LPS-1.2 revendique ainsi être la première alimentation linéaire externe au monde à combiner commutation de batteries, microprocesseur-contrôleurs et ultra-condensateurs.

C'est un circuit assez sophistiqué dans le genre puisqu'embarquant pas moins de 262 composants sur une carte de circuit imprimé double face à 4 couches. Les images de l'intérieur parlent d'elles-même... Elle est par ailleurs plus abordable que le sPS-500.

 

 

Ecoutée dans des conditions d'écoute comparables, l'UltraCap LPS 1.2 a surclassé la HDPLEX et la SOtM.

L'écart cette dois-ci est très net : plus de micro-détails, une amélioration sensible des timbres. La musique paraît également plus fluide et les instruments paraissent mieux détourés.

Si la Uptone n'a pas la polyvalence de la HDPLEX, elle semble en revanche la mieux conçue de toutes les alimentations externes testées sur les switchs GS-105 et Clones Audio SG110D-08. Le bruit de fond est extrêmement bas. Elle mérite d'ailleurs d'être associé à un bon switch audiophile comme le Clones Audio.

 

S'est posé alors la question de comparer hiérarchie d'alilmentations linéaires et hiérarchie de switchs, ce dans l'ordre actuel des appréciations que nous avons ou porter sur le matériel dont nous disposions à date.

La question est intéressante : vaut-il mieux placer son budget sur le switch ou sur l'alimentation ?

Je répondrais que les deux accessoires ne servent pas aux mêmes effets : l'alimentation externe va permettre d'éradiquer bonne partie du bruit généré par les alimentations de type chargeur, qui rendent le fameux son digital si désagréable par rapport au son du vinyle. Le switch quant à lui va permettre de lutter contre le bruit de phase (voire la gigue temporelle dans certains cas) et jouer donc sur un plus grand nombre de critères : la qualité de l'image stéréo, la qualité des timbres, la dynamique.

En associant la HDPLEX au SG110D-08, comparé à la paire UltraCap LPS 1.2 / GS-105, il m'a semblé que le bénéfice allait à la première, et donc que la qualité du switch semblait primer sur celle de l'alimentation.

Cela donne à réfléchir pour ceux dont les budgets pour ce type d'accessoires sont limités.

 

 

 

 

 

 

 

 <  Page précédente                Page suivante >

 

 

A la une...

A suivre...

ZenWaveAudio Cables

Periodic Audio

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE