Vivid Audio G1 Spirit   1/5

      

 

 

ll y a deux ans, je me suis posé la question de l'intérêt de me porter acquéreur d'une paire de Vivid Audio Giya G2 alors qu'il était possible d'éviter de se perdre en conjectures et autres questionnements métaphysiques en achetant directement le porte étendard, les fameuses et originales Vivid Audio Giya G1.

 

C'était mon état d'esprit à l'époque, et j'étais loin de me douter que ce ticket pour la sérénité aurait une validité limitée de deux années...

 

Ayant acquis les G1 sur le tard, et ayant passé un peu de temps auparavant en compagnie du meilleur de la gamme "Oval", les K1, ce n'a pas été finalement une grande surprise de voir débarquer sur les écrans radar un nouveau pinacle au sein de la maison d'enceintes haute couture sud-africaine.

Le revers de ces dépenses peu raisonnables est qu'il y aura toujours quelque chose de meilleur à venir, conservant ainsi notre obsession consumériste aussi folle qu'aux premiers instants. C'est dans ce contexte bien précis qu'entre en scène sa Majesté, la nouvelle et très exclusive Vivid Audio G1 Spirit...

 

Laurence Dickie, responsable de mes atermoiements, n'est ni un terroriste ni un révolutionnaire. C'est au contraire un esprit calme et posé, qui a pris finalement presque une bonne dizaine d'années pour tirer l'exégèse de son concept Giya. Le changement pour le changement n'est pas vraiment son affaire. Il s'inscrit davantage dans une démarche d'évolution contrôlée.

 

La notion identitaire est également une idée force et, à l'instar d'autres manufacturiers de prestige comme Ypsilon, et bien que tous poursuivent une quête de grande neutralité, il y a une signature Vivid, comme il en existe une également pour les électroniques Ypsilon.

Chaque grande marque est en fait marquée par son ADN sonore. Et, même si cela semble paradoxal, qui niera le fait que Wilson Audio, McIntosh, JBL, ou Shindo n'ont pas leur propre signature sonore ? Oui, ils en ont tous une, et c'est ce qui fait la diversité de ce marché des équipements de Haute Fidélité.

 

L'identité visuelle est également un trait qui ne peut être ignoré et les formes organiques des enceintes dessinées par Laurence Dickie sont encore aujourd'hui une pierre d'achoppement de la production de Vivid Audio. Ces enceintes sont sans doute celles qui se rapprochent le plus de ce que propose l'industrie automobile en matière de design, à savoir la recherche de la fluidité, de la légèreté, de la puissance, du contrôle et de la plastique...

 

En osant aller encore plus loin, chaque lancement d'une nouvelle enceinte chez Vivid Audio me fait à peu près le même effet que s'il s'agissait de celui d'une "sports car", en ce sens qu'avant de la connecter au reste de votre chaîne, vous savez à l'avance qu'il va se passer quelque chose de fort et de très spécial...

 

 

 

Pour être tout à fait honnête, les propos tenus dans ces pages sont bien sûr ceux d'un aficionado de la marque, et cet article doit être considéré de ce point de vue, d'autant plus que mes goûts personnels restent les miens et ne prétendent en aucun cas à une quelconque forme d'universalité.

Cette intimité avec la marque sud-africaine me permet néanmoins de bénéficier d'une expérience que j'espère suffisante pour pouvoir comparer la toute nouvelle G1 Spirit avec les précédentes réalisations. J'ose espérer en tout cas que ce seul constat ne sera pas remis en cause, et c'est sans doute ce qui a motivé Philip Guttentag, patron de Vivid Speakers, pour m'envoyer une des toutes premières paires de G1 Spirit.

 

Cette relation assez proche avec la société de Durban m'a également permis de mieux me rendre compte au fil du temps de l'implication de Dickie dans sa quête de perfectionnement de ses premiers concepts acoustiques.

Evidemment, il n'est pas le seul concepteur à prétendre poursuivre les mêmes objectifs. Mais le cas particulier de Laurence Dickie réside dans le fait que ses premiers schémas étaient déjà considérablement avancés pour l'époque, et que les améliorer devient au fil du temps une tâche forcément plus ardue.

Dickie n'est d'ailleurs pas du genre à laisser sortir une enceinte de ses ateliers qui ne présenterait pas une vraie valeur ajoutée, quitte à brouiller les cartes en utilisant des artifices esthétiques ou des matériaux plus "high-tech". Il laisse cela aux autres, et ne s'arrête pas ses investigations tant qu'il n'a pas réussi à faire notablement mieux.

C'est aussi pour cela que la gamme Vivid n'a pas radicalement changé au cours de ces dernières années, sans que cela soit dû pour autant à une stratégie particulièrement assumée de longévité des produits, ou à un manque d'implication dans le renouvellement des gammes. J'ai pu voir personnellement quelques projets suffisamment avancés pour attester que Laurence Dickie n'est pas du genre à rester les bras croisés.

 

Certains lecteurs vont sûrement penser qu'au delà de mon attachement à ce constructeur, mon admiration pour Laurence Dickie va sans doute un peu trop loin et pourrait être comparée à celle d'une groupie.

Mais plus que de l'admiration, c'est un profond respect à l'égard de cette intégrité  que j'éprouve aujourd'hui, rien de plus, même si c'est déjà beaucoup dans un milieu où les techniques n'ont pas significativement évolué depuis un demi siècle...

 

Il est peut-être néanmoins temps d'en finir avec le "Dickie fan club" et de passer aux choses sérieuses en auscultant de plus près la nouvelle venue fraichement débarquée dans mon auditorium.

 

 

Laurence Dickie lors du lancement américain des G1 Spirit

 

 

 

Page suivante >

A la une...

A suivre...

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE