Totaldac (1/4)

La baie du Mont Saint-Michel est célèbre dans le monde entier pour ses marées, ses sables mouvants, sa digue et l'omelette de la Mère Poulard.

Ce qui est peut-être moins connu des guides touristiques, c'est que c'est aussi dans cette région que réside Vincent Brient concepteur des produits Totaldac, DAC, drive réseau et reclocker notamment.

 

La presse étrangère a déjà publié un certain nombre d'articles élogieux sur Totaldac, mais en France, à ma connaissance, il n'existe qu'un seul test publié sur tupperwav.com en octobre 2012 du DAC d1-single, mais aucun du d1-server, d1-dual ou d1-tube, bien que Totaldac soit une société française et que 40% des ventes de Totaldac s'effectuent en France.

 

Il n'est pas nécessairement évident pour un fabricant de confier à Audiophile-Magazine du matériel pour des Bancs d'Essai dans la mesure où nous essayons toujours de comparer les matériels fournis avec des modèles concurrents, dans des écoutes comparatives "en direct". Cela nous semble pourtant être le seul moyen de fournir des informations vraiment "utiles" aux audiophiles et éventuels futurs acheteurs.

 

C'est 3 produits Totaldac que Vincent Brient nous a confiés:

  • Un Drive réseau (dénomination commerciale d1-Server)
  • un DAC à étage de sortie à tubes (d1-tube DAC)
  • un DAC de conception symétrique avec étage de sortie à composants discrets (d1-dual DAC)

Une marée...d'innovations

d1-dual DAC

L'un des mots-clés qui semble avoir guidé la conception de chaque élément des DAC et du Drive réseau Totaldac est l'abolition de tout jitter (décalages entre horloge et données, plaie de la musique numérique). Les DAC utilisent un FPGA (Field Programmable Gate Array) dont se servent aussi d'autres fabricants (Chord, MSB, ou Lumin par exemple). Les FPGA sont des circuits intégrés pouvant être logiquement reprogrammés. Ils sont notamment utilisés dans l'aéronautique ou les télécommunications. Chaque concepteur de DAC y intègre ses algorithmes propriétaires.

 

Mais Vincent Brient s'en sert "aussi" et de manière originale pour stocker un morceau du flux audio (10 milli-seconde) en entrée de DAC, le nettoyer de tout problème de jitter avant de l'envoyer à l'étage de conversion proprement dit.

Avoir 10 milli-secondes devant soi pour traiter chaque morceau de flux audio, c'est l'éternité par rapport aux 80 nano-secondes (millième de millionième de seconde) d'une entrée SPDIF.

 

Le reclocker Totaldac, qui est inclus dans le Drive réseau d1-server, intègre la même technologie pour traiter les flux numériques en entrée, mais offre des sorties numériques elles aussi reclockées, quand les DAC sortent, naturellement, en analogique.

Comme on le verra un peu plus loin, l'abolition du jitter fait aussi partie des principes de conception du Drive réseau d1-server.

 

Le système de conversion à proprement parler est de type R-2R, réseau de résistances (aussi utilisé par MSB).

Rappelons que de manière très élémentaire un DAC doit transformer des données numériques, des bits, en un signal analogique, du courant électrique.

Les données numériques en entrée sont décomposées en une somme d'éléments de "poids" plus ou moins important, des poids élevés devant in fine produire des tensions de courant plus élevées.

Les résistances sont des diviseurs de tension par rapport à une tension de référence.

Les bits vont être logiquement dirigés vers un point du réseau de résistance proportionnellement à leur poids. Sans entrer dans plus de détails technologiques, un DAC R-2R utilise uniquement des résistances de 2 valeurs, R et 2R.

 

Les résitances utilisées sont des 0.01% VAR Bullk Metal Foi de Vishay Foil Resistors, 100 resistance par canal pour le d1-tubes, 200 resistances par canal pour le d1-dual.

Les cartes sont fabriquées en France.

 

L'horloge est propriétaire avec mémoire tampon anti-jitter.

 

Les entrées sont complètes, USB Audio Class 2 avec prise en charge du DSD format DoP, SPDIF, AES/EBU et optique.

Les entrées non utilisées sont systèmatiquement déconnectées du DAC.

 

Le mode veille intégre un maintien en température des composants audio.

 

 

Les DAC Totaldac disposent d'un volume numérique implanté dans le FPGA et travaillent sur 69 bits.

 

Pour les étages de sortie des DAC, il en existe de deux types:

  • Single Ended à tubes double triode 12AU7 pour le d1-tube (en haut à droite dans l'image ci-dessous)
  • A composants discrets, Classe A, pour tous les autres modèles de DAC Totaldac.
d1-tube DAC
Alimentation Totaldac

Les alimentations des produits Totaldac sont toujours externes, une alimention par appareil. C'est une précaution simple et efficace pour supprimer les interférences électromagnétiques en provenance des bobines d'alimention sur les flux audio, une autre élimination de source de jitter.

Ces alimentations externes autorisent aussi un très faible bruit sur le preamplificateur intégré.

 

Enfin, le boitier est en PMMA (PolyMethylMethacrylate) et comporte une paque antivibratoire massive de cuivre pur.

d1-server

L'innovation ne consite pas uniquement à créer de nouvelles technologies, mais aussi à être capable d'identifier des composants sur étagère, pas nécessairement conçus pour le cadre d'utilisation imaginé au départ, mais présentant les "bonnes" caractéristiques.

 

La partie "informatique" du d1-server est constituée d'un micro ordinateur "Cubox" tournant sous Linux Real Time (RT).

 

Le choix de ce Cubox (en haut à gauche dans la photo ci-dessus) et de son système d'exploitation n'est pas du au hasard.

 

L'éloignement de tout disque dur en dehors de l'appareil et le blindage emprisonnant le Cubox assurent l'absence de rayonnement et du jitter induit.

 

Le système d'exploitation Linux RT est à même par nature et conception à minimiser le jitter du au logiciel de décodage des pistes et au système d'exploitation (voir l'excellent article de Thierry Gluzman sur Stéreo Prestige de Février 2013).

 

Le système d'exploitation et les logiciels nécessaires sont stockés sur une carte micro sd (tout en haut à droite dans l'image ci-dessous) par laquelle on peut upgrader système et logiciels depuis un PC.

 

d1-serveur, connectique

A la une...

A suivre...

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE