Thiel TT1  (1 / 5)

      

 

La Thiel TT1 représente le début d'une nouvelle ère pour cette entreprise dont le fondateur est décédé en 2009. Depuis la disparition de Jim Thiel, la société a été revendue à des investisseurs de Nashville en 2012.

 

Les anciens modèles qui ont forgé la légende de Thiel ont été progressivement abandonnés, sans doute au grand désarroi des fans de la marque qui auront du mal à faire le lien avec la nouvelle production.

La nouvelle gamme présentée au CES il y a presque deux ans déjà se compose d'une paire de moniteurs (TM3), d'une centrale (TC1) et d'une paire de colonnes (TT1) objet de ce banc d'essai.

Ces enceintes de la série "3° Avenue"(adresse du nouveau show-room de la marque) sont assemblées directement à Nashville, même si les caisses sont usinées en Chine et les haut-parleurs sont d'origine scandinave...

Elles ont été conçues par Mark Mason, ingénieur freelance de talent ayant travaillé pour PSB ou bien encore SVS. Le développement s'est fait en partie au Canada, au Centre National de Recherche d'Ottawa en environnement anéchoïque.

 

Depuis, Mason a quitté Thiel pour d'autres horizons mais ses schémas sont encore en exploitation chez le constructeur de Nashville.

 

 

 

La rupture avec la tradition et l'héritage de Jim Thiel ne s'est pas faite attendre puisque pour sa première réalisation chez Thiel, Mason a renoncé au sacro-saint principe d'utilisation des filtres de premier ordre (-6dB / octave).

 

Ce principe, qui permettait pour partie de faire fonctionner les haut-parleurs des enceintes Thiel en cohérence de phase sur l'ensemble de la bande de fréquences, mais générant néanmoins des effets pervers comme le niveau de distorsion dans les aigus ou la mauvaise dispersion sur le plan vertical, a été jugé trop compliqué à mettre en œuvre pour répondre aux exigences qualitatives des nouveaux patrons.

 

La TT1 innove ainsi chez Thiel avec une structure de filtre néanmoins complexe à pentes multiples (premier, second, troisième et quatrième ordre). On abandonne par la même occasion le mono câblage cher au fondateur en proposant cette fois-ci un superbe double bornier positionné sur un axe vertical avec un système de cavalier qui semble être d'assez bonne qualité.

Le bi-câblage c'est aussi une petite révolution chez Thiel...

 

 

 

La réalisation de beaux placages en bois dans la grande tradition américaine est néanmoins restée, s'il fallait finalement conserver un patrimoine génétique minimum dans ces enceintes.

 

Elles respirent en effet la qualité de fabrication, et une personne passée à l'improviste chez moi m' a même demandé s'il s'agissait d'enceintes TAD. On peut évidemment trouver comparaison moins flatteuse que celle-là, et la confusion provient en partie à vrai dire de la teinte de l'ébénisterie de mes modèles de test...

 

L'architecture des haut-parleurs est assez classique et on se trouve assez loin des raffinements technologiques d'une CS3.7 avec son haut-parleur coaxial en aluminium plissé et son double woofer à membrane passive.

 

Il faut reconnaître que nous ne sommes pas non plus dans la même gamme de prix puisque ces nouvelles TT1 sont proposées à environ la moitié du prix demandé pour les anciennes CS3.7.

Sur cette nouvelle génération d'enceinte, les solutions techniques mises en œuvre sont plus conventionnelles sans être par ailleurs forcément moins efficaces, et sans doute, en quelques sortes, plus pragmatiques.  

 

 

 

 

 

Page suivante >

A la une...

A suivre...

Muraudio : le son est partout !

Vienna Physix Diva Grandezza

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE