TAD Evolution One (1/4)

TAD, Technical Audio Devices Laboratories, a été créé en 1975 par Pioneer avec la volonté de s'adresser au marché professionnel. Béryllium chambre de compression et boomers à haut rendement permettent alors à TAD de se faire une réputation et un nom.

 

C'est en 1998 que TAD décide d'aborder le marché grand public haut de gamme.

Pour ce faire, TAD recrute Andrew Jones qui a une longue expérience des transducteurs coaxiaux, notamment chez KEF avec le Uni-Q.

 

Andrew Jones met alors en route un projet technologique très ambitieux qui débouchera 5 ans plus tard en 2003 sur la sortie des TAD Model One.

L'industrialisation des TAD Model One ne sera cependant pas mise en oeuvre (moins de 5 paires produites), le prix de revient étant trop élevé.

 

Les technologies développées pour la Model One seront cependant déclinées dans la série d'enceintes EX de Pionneer, à des prix plus abordables.

Mais ces enceintes EX ne portent pas la marque TAD, mais celle de Pionneer, avec laquelle il plus délicat de se posionner sur le marché HiFi haut de gamme.

 

C'est finalement en 2007 que les TAD Reference One, dont les coûts d'industrialisation sont maitrisés, seront présentées. Elles seront suivies des Compact Reference One puis des Evolution One, objet de ce banc d'essai. 

TAD a annoncé en septembre 2014 des bibliothèques 3 voies, Compact Evolution One, complétant sa gamme telle que l'on peut la découvrir ci-dessous.

Prologue

Proposée pour un Banc d'Essai par Eric Massé, une paire de TAD Evolution One m'a été livrée sanglée sur une palette.

Une fois désanglées, leur déballage est délicat sans l'aide une seconde personne afin de les sortir tranquillement du socle en polystyrène dans lequel chacune d'elle est enfichée. La partie principale de l'emballage se retire par le haut sans difficulté.

 

A 54 Kg pièce, on reste dans un domaine de poids très raisonnable pour des colonnes, ce sont même des poids plumes par rapport aux 110Kg d'une Egglestonworks Andra III, les 150 Kg d'une TAD Reference One ou les 260 Kg d'une Focal Grand Utopia.

 

Les Prologues concernent usuellement des compétitions cyclistes et automobiles, ou dans un tout autres domaine, des oeuvres dramatiques.

Le Prologue dont il est question ici, n'est ni cycliste ni dramatique. Il concerne cependant une compétition: la compétion acoustique qui a opposé  les TAD Evolution One à ma pièce d'écoute.

 

Dès les premières écoutes, ce n'est pas fameux. Les TAD mettent en lumière absolument tous les défauts acoustiques de ma pièce de 35 m2 qui comporte pourtant des Bass Traps, de l'absorption au premier point de réflexion et de la diffusion entre les enceintes. Cela suffisait pour des enceintes comme mes Sonus Faber Guarneri Evolution. mais là, les Evolution One ont une telle capacité énergétique à remplir ma pièce que cela ne colle pas.

 

Au bout d'un petit mois d'emplettes d'accessoires acoustiques et d'essais itératifs, je peux enfin écouter les TAD Evolution One dans de bonnes conditions.

Il aura fallu:

  • de la diffraction et absorbtion medium-aigu au plafond
  • un renforcement de l'absorption et un rajout de diffusion au premier point de réflexion
  • un renforcement de l'absorption côté enceintes
  • un renforcement de la diffusion côté écoute.

Ce prologue me semble permettre de dégager une première indication sur les TAD Evolution ONE qui ont de l'énergie à revendre. Même si l'on peut sans doute profiter de ces enceintes dans une pièce non dédiée, et/ ou à un volume sonore modéré, et/ou dans une pièce beaucoup plus grande à l'acoustique plus facile à maitriser, en tirer vraiment tout ce dont elles sont capables me semble demander quelques précautions acoustiques... qui pourraient ne pas être tout à fait WAF-compatibles.

 

Les TAD Evolution One

Les TAD Evolution One, E1 constituent une version "allégée" des TAD Reference One, R1.

Allégées à la fois en terme de prix un peu moins stratosphérique, 28000€ (quand même...) contre 76000€, et en terme de poids, 54 Kg contre 150 Kg. Les E1 conservent pourtant une bonne partie de l'ADN des R1 en terme de principes de conception et de technologies.

 

Les E1 sont des enceintes colonnes troies voies, bass-reflex, de rendement 88 dB (90dB pour les R1), dont la réponse en fréquence va de 28 Hz à 100 KHz (21-100K pour les R1). L'impédance nominale annoncée est de 4 Ohms (idem R1) et ne descend en fait jamais en dessous comme le montre les mesures effectuées parJohn Atkinson sur Stereophile qui indique aussi que le rendement est plutôt de 89 que 88 dB.

 

Medium et aigu sont confiés à un haut-parleur coaxial (CST: Coherent Source Transducer) à tweeter berylium de 35 mm (identique sur les R1) et medium magnesium de 14 cm (16 cm en bérylium pour les R1). Ce haut-parleur est protégé d'éventuels "incidents" par un léger voile.

 

L'objectif d'un haut-parleur coaxial est d'assurer la meilleure cohérence spatiale sur une grande étendue de fréquences, de 250 Hz (fréquence de coupure basse) à 100 KHz.

 

La fréquence de coupure entre medium et aigu est quant à elle située à 2000 Hz.

 

Coaxial

 

Deux boomers de 18 cm (25 cm sur les R1), qui disposent de protections détachables, sont en charge des basses. Ils sont constitués d'un mélange d'Aramides tissées et non tissées.

Le terme d'Aramide désigne une famille de matériaux (Aromatic Polyamid en anglais) présentant des propriétés mécaniques interessantes par rapport à leur masse (comme le Kevlar). Sous forme de fibres, leur fabrication filaire favorise les propriétés mécaniques dans le sens de la fibre. TAD a ainsi développé une membrane "MACS", Multi-Layer Aramid Composite Shell, par la savante imbrication d'Aramides tissées et non tissées dans le but d'obtenir à la fois la légereté, une isotropie controlée et de bonnes propriétés mécaniques de rigidité.

La motorisation est constituée d'une large bobine et d'aimants Néodyme.

 

Boomer

 

Le chassis a bénéficié d'une optimisation aérodynamique destinée à minimiser le bruit des écoulements d'air et de procurer in fine une meilleure articulation du grave.

Event

 

Les  hauts-parleurs sont montés sur un baffle avant relativement épais qui s'étend au dessus de l'enceinte et s'arrête avant la base pour laisser la place à l'évent de charge bass-reflex.

La caisse comporte une structure en contreplaqué de bouleau de grande rigidité, associée à des pièces en MDF (Medium Density Fiberboard) pour atteindre un niveau élevé d'amortissement.

TAD revendique une caisse de grande rigité et très peu résonante (SILENT: Structurally Inert Laminated Enclosure Technology).

 

La forme arrière a été calculée pour augmenter la rigidité et ainsi réduire encore les résonnances. 

 Les éléments de filtrage sont positionnés en dehors de l'enceinte, dans une base en aluminium très rigide.

Cela permet d'isoler mécaniquement le filtre de la caisse, et de l'isoler électriquement des pollutions électromagnétiques des HP.

Obtenir plus d'informations sur les caractéristiques du filtre semble difficile.

Le bornier est un modèle du genre, facile d'accès, acceptant fourches et bananes, avec de robustes connecteurs que l'on ne craint pas vraiment de voir se désagréger au serrage et desserage.

Il s'agit d'un double bornier permettant l'utilisation d'un bi-câblage ou d'une bi-amplification.

 TAD fournit des câbles jumpers de longueur ajustée au bornier pour l'utilisation en mono-câblage.

 

Les enceintes sont livrées avec des pointes, des coupelles contrepointes, et un astucieux système 'anti-angoisse" sous forme de deux pieds à visser de chaque côté sous l'enceinte, à régler pour qu'ils affleurent juste le sol et qui évitent un basculement intempestif des enceintes.

Enfin, deux finitions sont proposées, noir laqué (visible en haut de page) ou bois vernis satiné (l'exemplaire reçu)

A la une...

A suivre...

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE