Métronome Technologie DSc1 (1/5)

      

 

Le DSc1 de Métronome Technologie, comprenez Digital Sharing Converter 1, représente aujourd’hui l’offre haut de gamme du constructeur français en matière de DAC avec lecteur réseau embarqué.

 

Digital Sharing signifie que ce DAC peut permettre de connecter différentes sources numériques, qu’elles soient fixes ou mobiles, bref une solution pour répondre à toutes les exigences d’une famille.
N’imaginez pas pour autant prendre le DSc1 sous le bras pour doper les performances de votre baladeur ou smartphone en mode nomade. L’appareil est encombrant et fait son poids !


Il a d’ailleurs une sacré gueule ce DSc1. Les considérations esthétiques ne sont pas forcément partageables par tous mais ce design sobre et massif ressemblant à une baie informatique me plait beaucoup. Le coffret modulaire en aluminium massif sans aucune vis apparente est à la fois original et élégant !


La sobriété s’étend d’ailleurs aux fonctions  disponibles en façade avant : un interrupteur, deux touches de sélection des entrées numériques, et un bouton de réglage de l’intensité de l’afficheur.
En ce qui concerne les informations disponibles, le DSc1 informe de l’entrée numérique en fonction, du type de fichier (PCM ou DSD) et de la fréquence d’échantillonnage en sortie.
C’est finalement assez spartiate mais on va à l’essentiel.

 

 

 

Ce qui surprend de prime abord est de ne pas pouvoir sélectionner à partir des commandes du panneau frontal l’entrée Ethernet.

 

En effet, on navigue entre les deux spdif cinch, l’entrée optique, l’entrée USB et l’AES-EBU sans jamais pouvoir sélectionner l’Ethernet. Il faut en fait déjà déclarer le streamer Metronome comme renderer sur votre réseau pour qu’une nouvelle entrée baptisée « Digital Sharing » apparaisse sur l’afficheur du DSc1.

 

Ouf, cela occasionne un peu de tâtonnement au début mais l’avantage est d’avoir un retour instantané sur l’état de votre réseau domestique. En effet, si celui-ci est tombé pour je ne sais quelle raison, l’entrée Ethernet disparaît des options possibles.

Beaucoup de lecteurs ne donnent aucune information quant à leur reconnaissance par le réseau informatique domestique. Dans le cas du Métronome, c’est clair et on sait où aller mettre les mains en cas d’indisponibilité...
Mais revenons à la description du DSc1.

 

 

À l’arrière, on dénombre une prise réseau RJ45, ainsi qu’une prise USB-B, dédiées à la dématérialisation.

 

Pour les besoins des transports numériques traditionnels, on compte une entrée optique Toslink, deux SPDIF 75 ohms et une AES/EBU 110 ohms. 

 

Pas d’écart de tension entre sorties RCA et XLR, toutes deux sortant 3 V avec des impédances relatives de 47 Kohms en asymétrique et 600 ohms en symétrique.

 

A l’intérieur du boîtier, l’étage de conversion met en œuvre deux puces AKM 4497 (une par canal).
En ce qui concerne l’alimentation, on retrouve les fameux transformateurs Talema suivis de 10 lignes de régulations, puis filtrés par une banque de 93 condensateurs ultra rapides de 1000 uf/25 V et  trois Kendall plus conséquents de 33000 uf.


Comme à son habitude, Métronome Technologie a apporté un très grand soin à son alimentation avec un plan de masse en étoile.
L’étage de sortie est aussi très soigné avec les 4 amplis OP polarisés en classe A autorisant une sortie symétrique.

 

 

 

 

 

Page suivante >

A la une...

A suivre...

Lumin Amp

Topping D50S

Extraudio X250

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE