Lawrence Audio Penguin  (1/5)

      

 

 

Lawrence Audio est une marque un peu particulière. Je ne me rappelle pas en effet avoir assisté à une mauvaise prestation des enceintes taïwanaises depuis que Lawrence Audio a commencé à participer aux salons et manifestations internationales en dehors du continent asiatique. 

Chaque démonstration à laquelle j'ai pu assister jusqu'ici a toujours été soigneusement préparée pour en faire la manifestation d'un certain sens de la musicalité et de l'harmonie. Aussi loin que je me souvienne, Lawrence Liao n'a jamais cédé à la tentation d'aller vers le spectaculaire ou le démonstratif, mais s'est toujours attaché à une certaine authenticité, confinant à la simple beauté de la musique acoustique.

 

 

Angela Yang et Lawrence Liao m'ont demandé il y a un peu plus de deux ans, lors du Munich High End de 2016, si j'étais intéressé à réaliser un banc d'essai d'un produit de leur nouvelle gamme d'enceintes « Bird ».

La ligne « Bird » était en quelques sortes une nouvelle illustration de ce côté très plastique du design de Lawrence Liao, concevant les cabinets de ses enceintes avec une grande fibre artistique, comme s'il s'était agi d'un travail de sculpteur sur bois préparant un prochain vernissage.

Néanmoins, la nouvelle série d'enceintes « Bird » était plus qu'une nouvelle direction artistique, mais aussi un changement de philosophie dans le choix des haut-parleurs.

La précédente série des « Instruments » était en effet principalement basée sur des cônes classiques et des tweeters à ruban, tandis que les enceintes de la série «Bird» utilisent exclusivement des haut-parleurs à dôme de chez Accuton, avec un filtrage sans doute plus sophistiqué.

Ma première pensée a été qu'il s'agissait juste d'une énième série d'enceintes utilisant les HP OEM du fabricant germanique Thiel & Partner. Cela m'avait un peu déçu de voir un créateur aussi original que Lawrence Liao emboiter le pas de sociétés comme Marten, Gauder Akustik, Lumen White ou bien encore Tidal...

 

Je dois bien sûr rendre à César ce qui lui revient, et admettre que la gamme de haut-parleurs développés par Accuton est tout simplement fantastique. Ils sont tous paradoxalement légers et extrêmement rigides. Les HP à membrane céramique excellent habituellement en linéarité, même s'ils ne sont pas exempts de quelques petits pics de résonance. Ce dernier petit détail m'a d'ailleurs assez souvent gêné, ce qui fait que je me suis souvent tenu un peu à l'écart de ce type d'enceintes.

 

Je pensais également que les seuls éléments de différenciation entre les nombreuses marques d'enceintes utilisant ces haut-parleurs se résumaient essentiellement à un travail sur l'ébénisterie et un filtrage plus ou moins sophistiqué.

Bien que l'utilisation de haut-parleurs Accuton me semblait un travail assez facile, la mise au point des pentes et des fréquences de coupure n'étant pas non plus la chose la plus complexe, je gardais néanmoins à l'esprit la difficulté à gommer leur excessive propreté, pouvant confiner parfois à une forme de dureté clinique.

 

 

 

 

La gamme de haut-parleurs disponibles est néanmoins assez large et ne repose pas uniquement sur les transducteur céramique-corindon à faible masse, mais aussi sur des membrane en sandwich d'aluminium et des dômes en diamant.

À mon avis, cela reste une belle avancée permettant d'obtenir une très grande cohérence sur l'ensemble de la bande passante pour tous les constructeurs utilisant ces haut-parleurs de médium.

 

La membrane convexe en nid d'abeilles d'aluminium des HP sandwich Accuton peut atteindre un diamètre maximum de 10 pouces (25 cm) et offre une des meilleures combinaisons en matière de rigidité, de flexion et de torsion. Les plus grands dômes céramique pouvant être fabriqués par Thiel & Partners sans subir de perte de qualité, et disponibles à la commercialisation, ont un diamètre maximum de 16 cm.

 

Les tweeters diamant sont également moins sujets aux problèmes de résonance (le premier pic se situe au delà de 60 kHz) mais leur coût ne permet de les utiliser en série que sur le vaisseau amiral de la ligne « Bird », les fameuses « Dragon ».

 

 

 

 

Tout cela pour dire que j'étais un peu déçu par la décision de Lawrence Liao de se diriger vers une telle standardisation dans la conception des enceintes...

 

Mais, en même temps, je savais que la force de Lawrence Audio résidait dans sa capacité à mettre au point de façon très fine n'importe quel haut-parleur OEM à travers de nombreux petits détails qui auraient semblé complètement anecdotiques pour bon nombre de manufacturiers occidentaux. 

En fait, cette façon de penser et de concevoir des enceintes, assez éloignée de ce qui peut se faire en Europe ou en Amérique, m'a rappelé le travail que le constructeur japonais SPEC Corporation, fidèle à la tradition, réalise sur ses électroniques, en pensant l'appareil de reproduction sonore comme s'il s'agissait d'un vrai instrument de musique. Il en va de même pour Lawrence Liao.

 

Après avoir passé beaucoup de temps à discuter avec Lawrence Liao, je dois reconnaître qu'il a été assez difficile de se comprendre. En raison d'accents très différents, de la difficulté pour Lawrence de structurer sa pensée en anglais, mais aussi en considérant tout simplement les différences de culture.

 

J'ai néanmoins réussi à appréhender certaines réalités comme le côté binaire de son approche dans son travail de concepteur : c'est en quelques sortes la déclinaison du ying et du yang pour la mise au point des formes, des techniques de filtrage, de l'amortissement, du positionnement vertical de chaque transducteur... un façon dont les différents paramètres se mettent en place de façon harmonieuse et interactive.

 

J'ai réalisé finalement que ces enceintes de la série « Bird » étaient finalement bien plus que d'élégants haut-parleurs blancs fixés dans une ébénisterie originale.

Et, comme j'avais raté l'édition 2017 du salon de Munich pour des raisons personnelles, ce n'est que l'année suivante que j'ai pu reparler de ce projet avec Lawrence Liao et Angela Yang, juste avant le début du High End 2018...

 

Bulbul

 

 

 

Page suivante >

A la une...

A suivre...

The Linear Solutions

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE