Esoteric K-03 + G-02 (1/3)

Combo lecteur CD / SACD K-03 et Horloge G-02

 

Même avec un certain recul, je continue parfois à me demander comment l’utilisateur pleinement satisfait d’un transport CD Jadis et d’un convertisseur NOS que j’étais a pu dériver vers une source Esoteric… En effet, la précision chirurgicale de la division haut de gamme de TEAC avait été pendant très longtemps aux antipodes de ce que je recherchais en termes de signature sonore.

Je me rappelle même avoir préféré l’utilisation de La Source d’Audioaéro en tant que DAC-préampli (couplé à mon drive Jadis) à son utilisation en tant que lecteur intégré avec sa mécanique Esoteric OEM.

 

C’est finalement par le plus pur hasard que j’ai pu écouter le lecteur Esoteric K-03 pour la première fois, et que j’ai été surpris par ce niveau de résolution et de musicalité qui m’avait semblé très loin de l’idée d’un son trop décharné que je me faisais des produits de la marque Nippone, d’autant plus que le lecteur était associé pour l’occasion à un système à haut rendement…

Cela a été de façon tout aussi fortuite que j’écoutai une seconde fois ce lecteur, en accompagnant un ami qui venait auditionner une paire d’enceintes chez un revendeur Parisien. Le constat fut globalement le même, mais cette fois, je réussis à comparer cette source à une autre disposée sur le même rack : le lecteur DCS Puccini. La comparaison tourna court car le lecteur DCS fit vraiment grise mine à côté du K-03. J’ai essayé vainement de me battre avec les filtres numériques du DCS mais rien n’y fit. Le DCS sonnait définitivement stérile et chirurgical alors que l’Esoteric était plein et organique.

Ma troisième écoute se fit alors dans la foulée de la seconde, et cette fois, j’avais pris le soin d’emporter mon carnet de chèques. Pur coup de foudre ? Oui, sans doute, car c’est assez rare aujourd’hui que je m’aventure dans l’acquisition d’un matériel sans avoir pu le tester chez moi auparavant…

L’Esoteric K-03 arriva donc chez moi plus vite que je ne l’aurais pensé et il constitue depuis lors mon transport CD / SACD de référence. Il me sert aussi occasionnellement de convertisseur grâce à son entrée s/pdif.

Cela a été – et reste encore aujourd’hui – une joie que de revenir à l’écoute du DSD et le K-03 m’a véritablement motivé pour me remettre à acheter bon nombre de SACD. Amateur de classique, il faut reconnaître que ce genre musical est particulièrement bien fourni en disques hybrides et mon intérêt tout audiophile tend à privilégier ce type de support chaque fois que c’est possible. Cela n’enlève d’ailleurs en rien aux remarquables qualités du K-03 en lecture CD.

 

K-03

Ma démarche successive, comme tout bon audiophile pratiquant la fuite en avant, a été de contacter le distributeur Français, Synergie-Esoteric, pour tester l'entrée wordclock de mon lecteur avec la nouvelle horloge Esoteric G-02. La G-02 est le « petit » modèle d’Esoteric, le haut de gamme G-01 n’étant plus en ce qui me concerne un modèle abordable, et qui n’aurait pas grand intérêt à être associé à un lecteur comme le K-03. Il est vrai qu’Esoteric regroupe un certain nombre de lecteurs et transports ambitieux, et le modèle rubidium haut de gamme peut avoir un intérêt dès lors qu’on accède à des sources qui font partie du gotha mondial numérique…

Mais revenons sur Terre, et le couple K-03 et G-02 représente déjà un bel investissement pour la majorité d’entre nous, puisque qu’on arrive à une dépense globale (d’après les tarifs « suggérés » sur le site du distributeur Français) de l’ordre de 18.000 € (12.000 € pour le lecteur et 6.000 € pour l’horloge), mais qui reste inférieure au seul prix demandé pour la grosse horloge rubidium de la marque (23.000 €) !

On trouvera généralement à peu près tout et son contraire à propos de l’intérêt d’investir de tels montants dans une source mécanique digitale. Les avis eux-mêmes sur les performances subjectives de l’appareil pourront varier du tout au tout. Ce qui me semble évident néanmoins, c’est qu’un lecteur CD, aussi bon soit-il, doit s’insérer avec minutie dans un système. Et la mise en œuvre, même si elle me parait quand même moins critique que pour une platine LP, garde toute son importance.

L’avantage des solutions proposées par Esoteric et d’autres est que l’on peut néanmoins customiser le son de son lecteur grâce aux divers filtres numériques embarqués, ce qui permet une adaptation plus fine de sa source au reste de son système, voire à ses goûts personnels…

 

G-02

 

Prise en main :

 

Les deux appareils sont certes onéreux, mais, rien qu’en les déballant, on a l’impression d’avoir acquis des objets d’une valeur tangible. La qualité de construction est effectivement irréprochable et la division high-end de TEAC a réussi à concilier élégance et sobriété dans une même ligne de produits. A la différence du DCS Puccini, l’afficheur du lecteur Esoteric est très lisible et le menu donnant accès aux différents réglages est à la fois simple d’utilisation et complet.

 

Le K-03 est un appareil imposant et lourd (28 kg déballé). Livré dans son triple carton, on a davantage l’impression d’avoir affaire à un gros amplificateur qu’à un lecteur CD.

Le K-03 embarque la troisième mécanique plus haut de gamme de la génération des VRDS NEO (Vmk 3.5-10), la toute meilleure étant réservée au drive P-01, et la seconde aux P-02 et K-01. Ces mécaniques très lourdes, usinées dans la masse (celle du K-03 ne pèse pas moins que 4 kg), sont de véritables pièces d'orfèvrerie et sont réservées exclusivement à Esoteric (c'est-à-dire qu'elles ne sont pas commercialisées en version OEM). Le pont de soutien du palet presseur fait à lui tout seul plus de 2 cm d’épaisseur. Le moteur d’entrainement du disque est situé sous la mécanique et dispose de son propre système de contrôle de la vitesse qui complète le système classique et habituel d’asservissement en vitesse. La particularité de ces mécaniques VRDS NEO-Vmk est d’être entièrement rigide et de ne comporter aucune pièce de suspension souple ou à ressort. Les portiques sont usinés dans la masse, et supportent le moteur triphasé, sans balai, dont la configuration des bobinages a été optimisée pour supprimer tout phénomène de saccades en cours de rotation. Le tiroir du K-03 est réalisé en aluminium avec une découpe permettant d’extraire le CD plus aisément.

 

Cela donne déjà une première idée du niveau de sophistication de ces machines. Ainsi, même La Source, fleuron du constructeur Français Audioaéro, ne dispose pas d’une mécanique « made by Esoteric » aussi perfectionnée.

 

Mécanique VRDS-NEO

 

Le châssis en aluminium agencé sur deux niveaux est amagnétique et le logo figurant sur le dessus est gravé dans la masse.

L’implantation des différents composants a été réalisée avec beaucoup de minutie et compartimentée en cinq parties : les entrées, les deux canaux de sortie, l’alimentation, la mécanique de lecture, et les circuits de commande. Cela permet de réduire significativement les interférences électromagnétiques et d’augmenter par ailleurs la force mécanique et la rigidité du châssis. Combinée avec une embase de 5 mm d’épaisseur soutenue par trois pieds d’amortissement, cette conception de châssis est censée éliminer l’impact des vibrations externes sur les circuits imprimés.

 

Outre les asservissements et amplificateurs de lecture situés sous les mécaniques, le K-03 inclut des cartes électroniques très sophistiquées. Le rôle de ces cartes est d’extraire les signaux CD et DSD (SA-CD), afin d’opérer un sur-échantillonnage (x1, x2, x4 ou PCM vers DSD), et de synchroniser, dans le même temps, l’ensemble sur une éventuelle horloge externe.

The K-03 propose quatre types de filtres digitaux 32-bit mettant en œuvre un sur-échantillonnage qui va modifier le signal PCM mais qui n’altère par contre pas le flux en lecture SACD. L’utilisateur du K-03 dispose ainsi de deux filtres FIR (Finite Impulse Response), FIR1 et FIR2, ainsi que de deux filtres « short-delay », S_DLY1, et S_DLY2, en plus de la position normale. Les FIR sont des filtres d’atténuation destinés à réduire le bruit dans les hautes fréquences, alors que les « short-delay » servent plus à atténuer le pré-écho et restituer un son un peu plus analogique. Les fréquences de coupure des filtres FIR1 et S_DLY1 sont fonction de la fréquence d’échantillonnage en entrée, alors que celle des FIR2 et S_DLY2 se situe aux alentours des 80 kHz.

 

Côté conversion numérique vers analogique, le K-03 embarque 4 puces 32-bit AKM 4399 par canal de chez Asahi Kasei Microdevices. Chaque DAC monophonique est monté sur son propre circuit analogique et réglé pour fonctionner en mode dual-mono.

L’alimentation est confiée à deux transformateurs toroïdaux, un dédié aux convertisseurs N/A et à l’étage de sortie, l’autre à la mécanique de lecture et aux circuits numériques.

L’étage de sortie analogique est totalement symétrique et presque complètement réalisé avec des circuits discrets, embarquant ce qui se fait de mieux en matière de composants. Le signal est désymétrisé en sortie afin de pouvoir alimenter les sorties cinch RCA. Enfin, l’horloge interne du K-03 est de type VCXO, un quartz contrôlé en tension et non en température, avec une précision annoncée de +- 0.5 ppm (parts per million). L’alimentation régulée est censée améliorer la stabilité du quartz et le signal d’horloge est directement renvoyé aux convertisseurs.

 

A la une...

A suivre...

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE