Define HEFA (1/5)

      

 

Le manufacturier d’enceintes Récital Audio n’est plus à proprement parler un nouveau venu dans le monde de l’enceinte acoustique.

Cette entreprise alsacienne fondée par Alexandre Chamagne en 2012, voisine de B.audio, occupe des locaux dans la même pépinière d’entreprises à Mutzig, tout près d’Obernai.


Alexandre Chamagne est parti de quelques concepts, peu usités en France, lors du lancement de Récital Audio, à savoir celui des membranes rigides en alliage d’aluminium et magnésium (à l’instar de ce que pouvaient faire des fabricants comme Revel ou Vivid Audio), et celui des ébénisteries à la géométrie très particulières, comme celles de ses modèles Icone ou Récital Air.

Il est vrai que le lancement de ces deux modèles n’était pas passé inaperçu grâce à leurs formes élancées et galbées.


La marque était restée néanmoins assez confidentielle, comme c’est souvent le cas pour ces sociétés de petite taille basées dans l’Est de la France. Je pense notamment à Klinger Favre ou JMF Audio pour ne citer que des fabricants d’enceintes.
Pas facile en tout cas d’exister et d’être présent dans les points de vente traditionnels, puisque les revendeurs pointent avant tout sur la notoriété d’une marque plutôt que sur l’originalité d’un concept.

 

 

Alexandre Chamagne avait par ailleurs d’autres ambitions : celle de garantir une qualité de fabrication et de finition exemplaire, et de privilégier les circuits courts en faisant appel aux sous-traitants français ou européens.

 

Il faut bien admettre que la production des haut-parleurs était localisée un peu plus loin en Norvège, chez le manufacturier SEAS. Mais on conçoit aisément qu’il est difficile aujourd’hui de lancer une gamme d’enceintes en fabricant ses propres haut-parleurs. Certains acteurs le font encore à l’instar des très atypiques Leedh et MT Audio, mais cela relève de l’exception qui confirme la règle.


Ces ambitions ne favorisent d'ailleurs pas toujours la maîtrise des coûts. Mais il faut admettre que Récital Audio n’avait pas néanmoins complètement dérivé en commercialisant des modèles haut de gamme entre 8.000 et 12.000 €.

 

 

Néanmoins, dans un marché particulièrement saturé, et sans grande notoriété, le seul label « bio  - made in France » ne suffit pas à assurer la pérennité d’une entreprise ou d'une marque. Chaque année, le dépôt de bilan de nombreuses entreprises artisanales en atteste clairement.


Aussi, pour continuer à se différencier et élargir sa clientèle, Récital Audio a opéré dernièrement un changement radical de stratégie en misant sur le lancement d’une enceinte budget, la Define HEFA (abréviation de High End For All) dont le rapport qualité prix serait suffisamment élevé pour concurrencer les ténors du marché de l’enceinte acoustique en France, et qui serait vendue en direct sans aucun intermédiaire.

C’est juste le positionnement opposé à celui choisi par bon nombre de petits manufacturiers du secteur, dont les prix dérivent sensiblement au fil du temps en lançant des modèles de plus en plus haut de gamme.
Rien que cette initiative force l’admiration car il est bien évidemment plus facile de faire toujours plus cher que de rogner sur les coûts tout en préservant le niveau de performance équivalent...


Est-ce d’ailleurs davantage du courage que du bon sens ?
Au regard du maigre nombre d’enceintes commercialisées chaque année dans le segment du haut de gamme, on est en droit de se le demander...

 

 

Alexandre Chamagne - crédits : JDS.fr

 

 

 

Page suivante >

A la une...

A suivre...

Lumin Amp

Rose RS201

Topping D50S

Vermeer Audio Two

Mola Mola Tambaqui

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE