Audio - Haltérophilie : Episode 2

      

Chord SPM-6000 (1/4)

      

      

C’est parti pour une deuxième séance haltérophile avec les amplis monophoniques Chord SPM-6000. Ce ne sont pas les modèles les plus puissants proposés au catalogue du constructeur Britannique et ce simple indice trahira sans doute mon état de forme. Je dois en effet admettre que je ne me suis senti ni la force ni le courage de porter au premier étage de ma maison les 200 kilos du porte étendard de Chord Electronics, les blocs SPM-12000…

 

Il semble néanmoins que la seconde plus grosse amplification Chord, objet de ce test (Chord SPM-6000), a été conçue dans la même veine futuriste et high-tech.

Affichant une hauteur relativement modeste (20 cm), les deux Chord SPM-6000 ont par contre une profondeur inhabituelle de 66 cm ! Autant dire que ceux-ci auront du mal à se caser dans la plupart des meubles destinés à recevoir du matériel audio. J’ai par ailleurs beaucoup de difficultés à imaginer ces deux blocs monophoniques ailleurs que dans un pièce dédiée, tant leur aspect est singulier et différent des autres produits audiophiles. Et même si la qualité de fabrication du châssis semble irréprochable, il sera difficile de convaincre votre conjoint(e) de la nécessité d'héberger chez vous un tel dispositif.

 

      

A l’instar d’un coupé Lamborghini qui ne peut être piloté par le premier venu, les bébés de John Franks ne sont apparemment pas destinés au commun des mortels. Seul le poids affiché sur la balance (40 kg par unité) semble finalement échapper à la démesure parmi les nombreuses caractéristiques hors norme de ces amplis. Ce poids « plume » en fait presque des appareils aisément manipulables dans cette folle série de tests initiée avec les amplis Ayon Orthos XS…

 

Tarifés à 35.000 € la paire, les SPM-6000 font déferler une avalanche de watts grâce à leur alimentation à découpage propriétaire très sophistiquée, et responsable en grande partie de leur (relative) légèreté.

En effet, lorsqu’on pense généralement aux alimentations à découpage, et par analogie aux amplificateurs classe D, on a tendance à imaginer des amplificateurs de petite taille et très légers dont la quintessence a pu être exprimées ces dernières années par des appareils comme ceux de conçus par la société Devialet. C’est ainsi assez étrange de se retrouver avec deux gros blocs de 40 kg comme les SPM-6000 dont le rendement est très élevé et dissipant très peu de chaleur, face à d’autres amplis pas plus imposants visuellement, mais pouvant servir de chauffage d’appoint en période hivernale…

 

 

 

Issu du secteur de l’industrie aéronautique, le fondateur et propriétaire de Chord Electronics, John Franks, a toujours été impliqué dans la recherche des alimentations les plus efficientes et les plus stables. Pourtant, si la voie de l’ampli digital ou classe D n’a pas été jusqu’à aujourd’hui une voie privilégiée par Franks, ce dernier a déclaré récemment s’y intéresser très sérieusement.

Jusqu’à présent en effet, et les SPM-6000 n’échappent pas à la tradition, les ingénieurs de Chord ont préféré suivre la voie de la sophistication des alimentations haute fréquence couplées à des étages de sortie MOSFET plutôt que de concevoir des modules d’amplification numérique dont les puces en silicone oscillent à une fréquence maximale de 200 kHz, alors que l’idéal pour un amplificateur serait d’avoir un cycle d’oscillation qui se fasse en quelques nano-secondes. John Franks a d’ailleurs déclaré que pour le moment, il n’existait aucun ampli numérique ou classe D qui sonne correctement à ses oreilles, mais que Chord travaillait activement depuis quelques années à concevoir un ampli de ce type, et qui devrait changer la donne, abandonnant des puces silicones (selon lui) peu efficientes pour se diriger vers des matériaux bien plus performants (et plus confidentiels) comme le nitrure de gallium…

 

Nous attendons tous ça avec impatience mais en attendant, concentrons nous sur la cinquième génération d’alimentations hautes fréquences du constructeur Britannique, montées en parallèle et couplées a des étages de sortie utilisant des MOSFET réalisés sur cahier des charges.

Chord Electronics a mis en oeuvre beaucoup de technologie avancée pour concevoir ses amplis monophoniques SPM-12000 et SPM-6000. Citons notamment les puissantes stations de travail Silicon Graphics, les outils de morphing, les outils de saisie schématique, les outils ASIC, ainsi que la simulation de circuits SPICE.

 

Quel sera alors le résultat à l’écoute de cette débauche de technologie ? Et quelles seront mes réactions d’audiophile attaché à ses amplis à transistors bipolaires fonctionnant en pure classe A ?

C’est ce que nous découvrirons ensemble dans les prochaines pages de cet article…

 

A la une...

A suivre...

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE