Apurna Apogée  (4/6)

      

 

 

La télécommande en liaison HF est un vrai petit bijou. Même mes filles ont considéré que c'était un peu excessif, du moins pour leur papa...

 

Par contre, l'ergonomie n'est pas sa qualité première : le trackball qui sert à sélectionner les entrées n'est pas si agréable puisqu'il oppose une certaine résistance mécanique dont je peux en même temps comprendre l'utilité.

 

Le cristal rotatif qui sert à régler le volume n'est pas non plus d'une précision extraordinaire. Par ailleurs, il n'y a strictement aucun indicateur de volume, ce qui est quand même gênant puisqu'il faut donc uniquement se fier à ses oreilles et tâtonner pour ajuster le niveau sonore.

 

Il faut préciser quand même que le volume se réinitialise à chaque remise en marche de l'appareil afin d'éviter toute mauvaise surprise à vos enceintes.

 

Les mesures communiquées par le fabricant placent d'entrée de jeu ces amplificateurs monophoniques parmi les meilleurs du marché.

 

Ainsi, le taux de distorsion harmonique (DHT + N Pondération A) est de 0,002% à 1W et 1kHz.

La distorsion d'intermodulation (IMD) est de 0,004% à 1W.

 

La bande passante à 1W est annoncée de 0 Hz à 475 kHz à - 3 dB (ce qui correspond à une baisse de la tension de sortie de 30% à cette fréquence maximale) et de 0 Hz à 190 kHz à - 0,1 dB (c'est-à-dire une diminution de 1% de la tension de sortie à 190 kHz)! A titre de comparaison, le Dartzeel CTH-8550, pourtant déjà très bon, affiche une atténuation de -0,5 dB de 20 Hz à 50 kHz.

A pleine puissance et 0,1 dB d'atténuation, elle s'étend de 0 Hz à 60 kHz.

 

Le facteur d'amortissement est indiqué comme supérieur à 480 sous 8 Ohms.

 

Le rapport signal bruit est supérieur à 120 dB, ce qui est assez rare pour un amplificateur intégré (le même Dartzeel affiche un rapport signal bruit supérieur à 115 dB).

Le gain de l'amplification Apurna est standard à 29 dB et la sensibilité d'entrée de l'entrée de l'étage de puissance est de 1,4V RMS.

 

Les dimensions de chaque amplificateur sont assez logeables avec un 400 x 400 mm pour une hauteur de 245 mm, et un poids unitaire de 47,5 Kg.

 

 

 

Donc, sur le papier, cet amplificateur affiche des performances en termes de distorsion et de bande passante assez comparables avec le gros intégré de chez Soulution, avec néanmoins une puissance supérieure et une capacité en courant supérieure au suisse pour un prix certes supérieur.

 

La comparaison est un peu moins flatteuse avec les Devialet Expert Pro 1000, mais on est plus tout à fait dans le même univers, même si certains codes, comme celui de la télécommande version objet d'art, sont assez proches. Les stratégies déployées sont par contre radicalement différentes : industrialisation poussée chez Devialet, artisanat d'art et technologique chez Apurna...

 

C'est un résultat qui reste ainsi très respectable pour un nouvel arrivant, et qui démontre a priori que le prix n'est pas seulement le fruit d'une recherche esthétique hors norme mais aussi de performances du plus haut niveau...

 

 

 

Impressions d'écoute :

 

 

J'ai principalement écouté les blocs Apurna Apogée en configuration d'amplificateur intégré, l'entrée By-pass ayant des caractéristiques peu compatibles avec mon préampli à tubes.

 

Le résultat n'était pas mauvais en soi mais incomparable au résultat obtenu sur les entrées lignes de l'étage de préamplification additionnel. C'est donc à mon sens un coût additionnel quasi obligatoire pour profiter du plein potentiel de ces appareils...

 

Il y a beaucoup de qualités qui s'imposent dès la première écoute des blocs Apurna. Tout d'abord, la transparence et la clarté de la reproduction sonore. Tout est extrêmement lisible, on a l'impression d'utiliser un amplificateur d'une linéarité exemplaire.

 

On est surpris ensuite par la dynamique. Je dois bien reconnaître qu'elle est exceptionnelle. Le constructeur ne donne pas d'indication sur les temps de montée mais on doit vraiment être sur la plus haute marche du podium. Les coups de semonce des orchestres symphoniques partent à une vitesse incroyable. Il n'y a pas à dire : ça décoiffe !

 

Autre qualité saisissante, c'est la variété et la justesse de timbres. Il n'y a pas d'emphase d'une partie du spectre, ni une générosité enivrante des moyennes fréquences comme on pourrait l'expérimenter les gros amplis Kondo pour ne citer ue cette marque.

Mais la variété de timbre n'a d'égal que leur réalisme. Tous les instruments au sein d'un grand orchestre sont identifiables et sonnent comme on a l'habitude de les entendre sonner. C'est assez rare d'obtenir ce niveau de neutralité sur un amplificateur intégré sans qu'elle soit pour autant un peu diaphane comme il est de mise sur certaines réalisations en classe D.

 

 

 

 

 

 

 

< Page précédente               Page suivante >

A la une...

A suivre...

The Linear Solutions

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE