Apurna Apogée  (3/6)

      

 

 

A l'intérieur, l'esthétique semble avoir aussi dicté un niveau d'exigence inhabituel en matière de finition.

 

Six énormes condensateurs dont deux de 70 mm de diamètre et quatre de 55 cm, totalisant une capacité globale de 360 000 μF, sont encapsulés dans une coque noire mate. Ces condensateurs à très faible résistance ont la particularité d'être automatiquement déchargés par un système de purge après extinction de l'appareil afin de prolonger leur durée de vie, garantir leur fiabilité dans le temps et éviter tout effet de mémoire.

 

Deux transformateurs toriques de 550 VA chacun sont pareillement encapsulés dans leur coque blindée de chaque côté de l'appareil, suivant une architecture complètement symétrique.

 

Le taux de réjection de l'alimentation linéaire est de -90 dB (à 100 Hz) et tous les étages de sortie font état d'une résistance interne très basse.

 

Il convient de préciser que les blocs Apurna sont directement équipés d'un filtre secteur sophistiqué, apte à fonctionner simultanément en mode commun et en mode différentiel. L'entrée électrique des amplificateurs Apurna est également insensible au sens de branchement car la phase est directement gérée par l'appareil.

Pour finir, un écran électrostatique sépare chaque primaire et secondaire des deux transformateurs.

 

 

 

 

Les circuits imprimés 6 couches à pistes en cuivre de 70 microns à faible constante diélectrique relèvent presque de la joaillerie tellement la qualité de fabrication a été poussée à l'extrême.

 

L'emblème de la marque a même été sérigraphié sur les puces électroniques. Les concurrents suisses vont pouvoir s'accrocher, on arrive ici à des sommets en matière de finition.

Ainsi, toutes les cartes électroniques bénéficient d'une finition en nickel et or électrolytique.

Les ponts de diodes de redressement ont un temps de recouvrement ultra-rapide de 35 nano-secondes. Toutes les soudures de chaque composant sont contrôlées une à une sous loupe binoculaire dans les ateliers du constructeur.

 

Les composants utilisés viennent en bonne partie de fournisseurs travaillant pour l'industrie aéronautique, et peu habitués à travailler pour l'audio. Cela fait la spécificité des amplificateurs Apurna, même si cette qualité « aéronautique » a déjà été exploitée par le passé par des constructeurs de la région toulousaine, comme Audioaéro.

Mais Franck Borne semble avoir poussé les limites de l'exigence encore bien plus loin que ce qu'ont pu nous présenter par le passé ces marques occitanes.

 

 

 

 

Le schéma général reste assez classique avec une amplification travaillant en classe AB (un double push-pull en classe A glisse en classe AB après quelques watts).

 

L'agencement des circuits a été pensé pour garder un flux logique le plus direct possible des différents signaux, ce qui a permis de minimiser l'utilisation de câblage filaire.

D'ailleurs les liaisons sont assurées non pas par des câbles mais par des composants "barre-bus" en laiton plaqués en alliage nickel et or 24 carats.

 

La disponibilité en courant est conséquente puisque le constructeur annonce un courant maximum de 75 ampères ! La puissance impulsionnelle maximale est ainsi donnée pour 4500 W. Le constructeur ne communique pas la puissance délivrée en dessous de 4 Ohms, mais déclare que l'amplificateur est totalement stable sous une charge de 1 Ohm, ce qui laisse entrevoir une large polyvalence des blocs Apurna en version Apogée, de quoi satisfaire les enceintes les plus rétives...

 

Pas de dissipateurs ou de radiateurs sur les amplificateurs Apurna mais des ventilateurs très faible bruit dont le fonctionnement est asservi à la puissance et à la température mesurées. Voilà quelque chose de plus moderne et efficace que les traditionnelles ailettes de refroidissement. Je n'ai décelé aucun bruit perceptible même à très faible volume sonore (ce qui est somme toute logique puisque les ventilateurs doivent alors tourner très lentement).

 

Pour la gestion du volume, les amplificateurs intégrés Apurna utilisent un circuit spécifique à très faible DHT+N (0,00025%) avec une capacité dynamique de 123 dB.

 

 

 

 

 

 

 

< Page précédente               Page suivante >

A la une...

A suivre...

Lumin X1

The Linear Solutions

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE