Angström Research Stella (1/3)

      

 

 

Ångstrom Research est une petite entreprise artisanale de la Péninsule comme il en existe beaucoup au Nord de l'Italie. Née dans la petite province d'Ascoli Piceno, au bord de l'Adriatique et à mi-parcours entre Ancone et Pescara, Angstrom Research existe depuis le début des années 2000 grâce aux efforts de Roberto Garlaschi.

 

Roberto Garlaschi , comme beaucoup de Marchigiani (habitants de la régions des Marches), et bien que né à Pavie, au Sud de Milan (cité de la fameuse « Certosa » ou Chartreuse), est un libre penseur au caractère bien trempé. C'est aussi un grand passionné de musique et ses réalisations, gorgées du soleil des Marches, fonctionnent bien évidemment à tubes. Il fait partie de cette génération d'Italiens à l'instar des fondateurs de Graaf, Mastersound, Unison Research, SI audio, qui réalisent encore des machines un peu folles conçues sans concessions avec le seul amour de l'artisanat et du bel ouvrage. Comme dans l'automobile, le bel ouvrage s'illustre avant tout sous le capot, et il suffit de regarder l'intérieur d'un ampli ou d'un préampli Angstrom Research pour être impressionné par la sophistication d'un très beau montage à l'ancienne. Chaque appareil est réalisé à la main, et la finition est personnalisable lors de sa commande. Le choix est ainsi donné entre différentes esthétiques et certaines modifications fonctionnelles comme, par exemple, le type de potentiomètre installé ou le nombre d’entrées.

 

 

L'aventure de Roberto Garlaschi a commencé à la fin des années 90 avec Emmanuel Bassetti et un réseau de distribution nommé « Audio Plus ». L'ambition était basée sur le fait d'accompagner les clients audiophiles au delà du simple choix de matériel d'exception et d'assurer un suivi technique après-vente réactif et de qualité. Audio Plus était donc un des rares magasins italiens à disposer d'un vrai laboratoire SAV.

A la naissance de sa propre marque d'électroniques Angstrom Research, dont le seul distributeur officiel est Audio Plus, Roberto Garlaschi a lancé des filtres secteurs passifs, seuls à même, selon lui, de résoudre les problèmes de pollution secteur dans nos installations audiophiles. Des câbles ont suivi puis des électroniques : amplificateurs et préamplificateurs.

 

Les premières versions ont été assez spartiates et sans compromis, quitte à sacrifier le confort d'utilisation : cabinets en aluminium noir sans fioritures, chauffe des machines assez considérable, et réglages de volumes séparés pour chaque canal sur les préamplis.

La nouvelle génération qui arrive tout juste est sans doute moins austère et plus civilisée, avec des joues en bois clair et des commandes de volume motorisées. Roberto Garlaschi a fait son petit bout de chemin et offre aujourd'hui une production superlative, toute aussi extrême par certains côtés mais globalement moins spartiate, et donc plus à même de séduire un large public.

Est-ce que cela se traduit pour autant par une baisse des performances des nouveaux modèles ?

C'est ce que nous allons voir dans ce banc d'essai du tout dernier intégré d'Angstrom Research, le Stella.

 

A la une...

A suivre...

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE