AUDIOPHILE MAGAZINE

L'actualité audiophile en ligne

 

Bienvenue chez AUDIOPHILE MAGAZINE, votre interlocuteur en matière d'actualité audio et musicale.

 

Edito

Janvier 2017

 

Concentrations : épisode II

 

 

 

 

Le marché de l'audio haut de gamme continue de se restructurer, entre financement participatif, "business angels" et opérations de fusions-acquisitions.

 

Après le rapprochement Naim - Focal, nous avons assisté en 2016 au rachat de Harman par Samsung. Les chiffres de cette dernière opération donnent le vertige : 8 milliards de dollars pour le rachat de 100% des actions du groupe américain...

 

A côté de ça, les opérations médiatiques et les appels aux investisseurs privés chez Devialet sont tout simplement insignifiants. Même le LBO McIntosh - Fine Sounds ne pèse pas lourd à côté.

 

La numérisation, l'augmentation de la consommation de musique en streaming, et en mode nomade ont aiguisé les appétits. Un groupe comme Harman, au delà de ses fleurons audiophiles comme JBL, Mark Levinson, Infinity ou Revel, représente un très important marché : celui de la musique nomade avec AKG, de l'audio-vidéo haut de gamme avec Lexicon, de l'audio grand public avec JBL et Harman Kardon, et surtout celui de plus de 30 millions de véhicules connectés utilisant les solutions audio du géant américain, incroyable vecteur de croissance à notre époque.

 

Chaque branche d'Harman est une vraie industrie et sort des nouveautés en continu, se devant d'être à la pointe de la technologie. Mark Levinson en est un parfait exemple avec un catalogue qui se renouvelle rapidement, présenté généralement en statique sans qu'on sache trop bien s'il s'agit de prototypes ou de modèles de série disponibles à l'achat chez les revendeurs...

Cette tendance du produit concept, annonciateur du modèle de série, se généralise d'ailleurs à des acteurs de taille plus modeste, à l'instar d'Audionet qui a lancé depuis le mois de mai dernier une nouvelle série d'amplis et préampli, dessinée par un des designers stars allemands (Hartmut Esslinger) et supposé être parmi les toutes meilleures réalisations mondiales avec des performance superlatives...

Au CES ce mois-ci il semble néanmoins que ces appareils sont toujours présentés en statique sans savoir s'ils fonctionnent vraiment.

 

Même chose chez NAD avec la sortie de l'amplificateur numérique M32 qui a été présenté en statique sur de nombreux salons tout en restant indisponible pendant très longtemps pour les premiers essais et démonstrations...

 

Alors que faut-il penser de cela ? Je ne sais pas si cela est bien raisonnable, compte tenu de l'étroitesse du marché et du nombre d'intervenants, de mettre en avant un produit avant qu'il soit réellement disponible. Cela contribue à une surenchère en matière d'information qui n'éclaire pas vraiment le public audiophile, et qui ne concerne de toute façon parfois qu'une minorité de personnes ayant les moyens d'acquérir de tels appareils.

 

Mais ces prototypes sont aussi annonciateurs d'une tendance qui pourrait encore se renforcer ces prochaines années : celle d'une vitrine technologique et marketing permettant de renforcer la valeur de l'entreprise et la rendant surtout plus attractive dans le cadre d'un rachat par un grand groupe.

Car un groupe comme Samsung a bien compris que la meilleure façon de maîtriser un domaine était de racheter les sociétés spécialistes en la matière. C'est plus rapide si bien en termes d'acquisition de la technologie qu'en matière de captation des parts de marché. Les champs de compétence étant de plus en plus fragmentés, cette stratégie de développement est d'autant plus justifiée.

 

Il faut donc sans doute relativiser l'importance pour le consommateur des appareils de présérie révolutionnaires, qui mettent du temps à arriver chez les revendeurs, car la finalité est peut-être toute autre...

 

 

Joël Chevassus

Editeur

 

 

      

A la une...

A suivre...

Muraudio : le son est partout !

Vienna Physix Diva Grandezza

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© AUDIOPHILE MAGAZINE